La Wallonie et le Limbourg ont tout intérêt à travailler main dans la main pour dépasser la frontière virtuelle qui les sépare, souligne la section provinciale du Voka. Des initiatives en ce sens leur permettront de mutuellement renforcer leur marché de l'emploi, estime-t-on.

Les situations sont très différentes et donc potentiellement complémentaires. Côté limbourgeois, le taux de chômage à un plancher historique de 6,2% n'offre qu'un très faible vivier de candidats pour les entreprises. Plus de 4.000 postes sont dès lors à pourvoir. A contrario, la Wallonie compte 200.000 demandeurs d'emploi. "Actuellement, seul 1% de Liégeois travaillent ici alors que leur ville ne se trouve qu'à une cinquantaine de kilomètres", illustre Johann Leten, administrateur délégué du Voka limbourgeois.