Le projet Irisphère remonte à 2012 et avait été lancé par la Société pour le Développement de la Région de Bruxelles-Capitale (SDRB), devenue citydev.brussels.

Si à l'époque le concept d'économie circulaire n'était pas aussi reconnu qu'aujourd'hui, le projet entendait déjà encourager "des synergies écologiques et économiques entre entreprises, notamment en matière de gestion des déchets, de gains d'énergie et de mobilité".

Irisphère poursuit sa route et s'étend à l'ensemble de la Région bruxelloise. Il court jusqu'en 2021 et est doté d'un budget de 1,4 million d'euros, soutenu par le Fonds européen de développement régional (Feder).

"L'économie circulaire ne consiste certes qu'à appliquer une série de principes de bon sens. Les difficultés commencent lorsqu'il s'agit de trouver une logique d'ensemble. Il est donc important de créer des lieux d'accueil pour les entreprises et un programme de soutien, comme Irisphère", a expliqué Benjamin Cadranel, administrateur général de citydev.brussels.

Le programme ambitionne notamment de créer un parc à matières de proximité pour les entreprises. "Les déchets alimentaires des acteurs économiques locaux y seront récoltés puis transformés en produit fertilisant grâce à la technologie Eco-Cleaner, basée sur la fermentation accélérée", explique M. Cadranel.

Irisphère fait partie intégrante du Programme régional en économie circulaire (Prec), adopté par le gouvernement bruxellois au printemps 2016. Les premiers résultats du Prec seront présentés le 12 septembre.