Près d'un entrepreneur sur quatre s'estime "mal ou très mal considéré", alors que 16% d'entre eux parlent de "dénigrement" et de "mépris" de la part des politiques et de l'administration. Près de 10% des chefs d'entreprise disent se sentir "seuls" et "laissés à l'abandon", certains parlent de "suspicion répétée" (7%) et de méconnaissance totale de leur quotidien (6%). Enfin, une petite partie d'entre eux sont même persuadés d'être pris pour des "profiteurs" et disent être "victimes de contrôles" à répétition. Parmi les problèmes auxquels ils sont le plus fréquemment confrontés, on trouve les "lenteurs et lourdeurs administratives", les "charges fiscales et sociales exorbitantes" ou encore un "manque de soutien des banques". (Belga)

Près d'un entrepreneur sur quatre s'estime "mal ou très mal considéré", alors que 16% d'entre eux parlent de "dénigrement" et de "mépris" de la part des politiques et de l'administration. Près de 10% des chefs d'entreprise disent se sentir "seuls" et "laissés à l'abandon", certains parlent de "suspicion répétée" (7%) et de méconnaissance totale de leur quotidien (6%). Enfin, une petite partie d'entre eux sont même persuadés d'être pris pour des "profiteurs" et disent être "victimes de contrôles" à répétition. Parmi les problèmes auxquels ils sont le plus fréquemment confrontés, on trouve les "lenteurs et lourdeurs administratives", les "charges fiscales et sociales exorbitantes" ou encore un "manque de soutien des banques". (Belga)