En 2018, les émissions totales de gaz à effet de serre (hors secteur LULUCF de l'utilisation des terres et des forêts) en Belgique ont atteint 118,3 millions de tonnes équivalent CO2, ce qui représente une légère augmentation de 0,28% par rapport à 2017. "(...) pour la quatrième année consécutive, on constate une stagnation des émissions nationales, faisant suite à la baisse quasi continue observée entre 2004 à 2014", souligne le service fédéral Changements climatiques. Par rapport à 1990, les émissions de gaz à effet de serre étaient en baisse de 20% en 2018. Les seules émissions de dioxyde de carbone (CO2), étroitement liées à la consommation énergétique, elle-même fortement influencée par les conditions climatiques, sont quant à elles en recul de 0,63% en 2018 par rapport à 2017. Par rapport à 1990, elles ont diminué de 16,9%. Dans le cadre de la préparation de l'inventaire annuel (déclaration 2020), des ajustements méthodologiques ont été opérés, concernant principalement des émissions industrielles de gaz fluorés, indique encore l'administration. Ces ajustements ont mené à une ré-estimation des émissions de gaz à effet de serre pour les années 2010 à 2017. Ces ajustements ont entraîné une révision à la hausse de l'estimation des émissions nationales pour l'ensemble de cette période. Ainsi, pour l'année 2017, on constate une augmentation de 2,98% par rapport à l'estimation réalisée lors de l'inventaire précédent. (Belga)

En 2018, les émissions totales de gaz à effet de serre (hors secteur LULUCF de l'utilisation des terres et des forêts) en Belgique ont atteint 118,3 millions de tonnes équivalent CO2, ce qui représente une légère augmentation de 0,28% par rapport à 2017. "(...) pour la quatrième année consécutive, on constate une stagnation des émissions nationales, faisant suite à la baisse quasi continue observée entre 2004 à 2014", souligne le service fédéral Changements climatiques. Par rapport à 1990, les émissions de gaz à effet de serre étaient en baisse de 20% en 2018. Les seules émissions de dioxyde de carbone (CO2), étroitement liées à la consommation énergétique, elle-même fortement influencée par les conditions climatiques, sont quant à elles en recul de 0,63% en 2018 par rapport à 2017. Par rapport à 1990, elles ont diminué de 16,9%. Dans le cadre de la préparation de l'inventaire annuel (déclaration 2020), des ajustements méthodologiques ont été opérés, concernant principalement des émissions industrielles de gaz fluorés, indique encore l'administration. Ces ajustements ont mené à une ré-estimation des émissions de gaz à effet de serre pour les années 2010 à 2017. Ces ajustements ont entraîné une révision à la hausse de l'estimation des émissions nationales pour l'ensemble de cette période. Ainsi, pour l'année 2017, on constate une augmentation de 2,98% par rapport à l'estimation réalisée lors de l'inventaire précédent. (Belga)