"Jamais dans notre histoire budgétaire un tel montant n'avait été atteint", a souligné le député Gilles Carrez (LR, droite). Cette contribution survient dans le "contexte exceptionnel" du Brexit, qui oblige à compenser la contribution de Londres au budget européen, et de la pandémie de Covid-19 avec ses conséquences économiques, deux crises qui expliquent la majeure partie de l'augmentation, a relevé le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes Clément Beaune. M. Beaune a mis en regard les avancées obtenues par Paris dans les négociations européennes, en particulier la "stabilisation des montants pour la Politique agricole commune et la pêche", ainsi que pour la "politique de soutien aux régions". Il a surtout souligné l'accord acquis au sommet européen de juillet pour soutenir les pays de l'UE face à la pandémie, dont la France, avec 40 milliards d'euros, est la troisième bénéficiaire après l'Italie et l'Espagne. (Belga)

"Jamais dans notre histoire budgétaire un tel montant n'avait été atteint", a souligné le député Gilles Carrez (LR, droite). Cette contribution survient dans le "contexte exceptionnel" du Brexit, qui oblige à compenser la contribution de Londres au budget européen, et de la pandémie de Covid-19 avec ses conséquences économiques, deux crises qui expliquent la majeure partie de l'augmentation, a relevé le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes Clément Beaune. M. Beaune a mis en regard les avancées obtenues par Paris dans les négociations européennes, en particulier la "stabilisation des montants pour la Politique agricole commune et la pêche", ainsi que pour la "politique de soutien aux régions". Il a surtout souligné l'accord acquis au sommet européen de juillet pour soutenir les pays de l'UE face à la pandémie, dont la France, avec 40 milliards d'euros, est la troisième bénéficiaire après l'Italie et l'Espagne. (Belga)