Préserver un patrimoine

Quand les frères Wittmann reprennent l'affaire de leurs parents en 1998, ils lui impriment une direction très claire : celle de l'excellence. Jacques opère une sélection drastique parmi les marques horlogères, son frère Arnaud s'empare de la création joaillière et l'envie de hisser le bâtiment à la hauteur de leurs ambitions se fait vite ressentir. Après plus de deux ans de tractations avec les instances officielles et sept mois de travaux, la boutique, située dans la zone Unesco qui entoure et protège la Grand-Place et dont la façade moderniste signée Jacques Dupuis est classée, présente depuis l'été dernier un visage mariant harmonieusement les éléments originels et les choix design de l'architecte.
...

Quand les frères Wittmann reprennent l'affaire de leurs parents en 1998, ils lui impriment une direction très claire : celle de l'excellence. Jacques opère une sélection drastique parmi les marques horlogères, son frère Arnaud s'empare de la création joaillière et l'envie de hisser le bâtiment à la hauteur de leurs ambitions se fait vite ressentir. Après plus de deux ans de tractations avec les instances officielles et sept mois de travaux, la boutique, située dans la zone Unesco qui entoure et protège la Grand-Place et dont la façade moderniste signée Jacques Dupuis est classée, présente depuis l'été dernier un visage mariant harmonieusement les éléments originels et les choix design de l'architecte.L'été dernier, Maison De Greef inaugurait un espace Patek Philippe exclusif en Belgique. Si un passage permet la circulation entre le magasin originel et cette nouvelle boutique, les deux ont une identité distincte. Un parti pris à contre-courant de ce qui se pratique chez de nombreux horlogers qui accueillent en leur sein des corners dédiés aux marques. Face au forcing pratiqué par les grandes maisons horlogères sur les détaillants depuis quelques années, la famille a en effet tenu à préserver son indépendance. " Si on les avait écoutées, le magasin aurait perdu son identité. Nous avons un héritage riche et long, il faut le faire grandir en s'ancrant dans la modernité, mais en gardant l'équilibre ", précise Jacques Wittmann, directeur de l'horlogerie.A la tête de la joaillerie, Arnaud Wittmann propose une bonne dizaine de collections, dont une pour hommes, mais aussi la création sur mesure de bijoux d'exception, imaginés main dans la main avec les clients. Fourni en pierres précieuses et semi-précieuses et en perles, toutes certifiées et de la plus belle facture, il les travaille avec ses artisans dans l'atelier-maison selon des techniques ancestrales préservées. Son matériau de prédilection ? L'or, dans toute la gamme de couleurs existantes, mais également le weirdium, un alliage unique argent-platine à l'aspect gris brossé... 100 % belge.Fusions, crises et faillites : le secteur horloger classique, même au niveau du grand luxe, n'échappe pas aux aléas économiques malgré une timide reprise depuis 2017. Sur le terrain, cela se traduit par une baisse globale de la qualité des produits, surtout en ce qui concerne les finitions, où la mécanisation remplace souvent la main de l'artisan. Là encore, la stratégie De Greef suit son cap. " Depuis quelques années, nous avons cessé de travailler avec les marques qui ne respectent pas notre éthique et notre exigence de qualité ", explique Jacques Wittmann. Autre parade : développer la création joaillière-maison, pour ne dépendre de la santé financière d'aucun partenaire extérieur. Le bijou, qui représente 10 % du CA actuellement, va prendre une place grandissante avec pour objectif un 50/50 répartis entre horlogerie et bijouterie.Deux ans après le décès de leur père, Jacques et Arnaud Wittmann donnent un nouvel élan à la maison. Stocks élargis, resserrement de l'ADN sur le haut de gamme et, depuis cinq ans, la volonté de déléguer à des partenaires extérieurs certains pans de leur développement. Leur identité visuelle et leur nouveau site internet ont ainsi été confiés à l'agence Base Design, les contenus textuels sont produits par une société d'édition, l'animation des réseaux sociaux par des community managers professionnels et Brice Wittman, le fils de Jacques, a rejoint l'équipe en qualité de responsable de la communication, du développement et de la stratégie digitale. Par Anne Boulord.