Les "call centers" belges sont-ils menacés?

22/02/19 à 13:13 - Mise à jour à 13:13
Du Trends-Tendances du 21/02/19

Le secteur des centres d'appels vit sous une double pression. Celle des coûts salariaux, qui poussent les entreprises à délocaliser leurs activités. Et celle de l'automatisation, qui pourrait remplacer des opérateurs humains par des robots conversationnels.

Le mois dernier, le plan de restructuration de Proximus était révélé au grand jour. L'entreprise veut économiser 240 millions d'euros d'ici 2022. Elle compte le faire en sabrant dans l'emploi (1.900 départs pour 1.250 embauches), mais aussi en faisant pression sur ses sous-traitants. Les call centers sont dans le viseur, comme en témoigne le communiqué de l'opérateur : " Proximus souhaite réduire ses coûts auprès de ses partenaires externes et demandera entre autres à ses centres d'appels externes d'évoluer vers d'autres modèles opérationnels économiquement efficaces via le nearshoring et l' offshoring. " Ces anglicismes désignent des procédés de délocalisation vers des pays étrangers proches ( nearshoring) ou plus lointains ( offshoring).
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Trends-Tendances bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur Tendances.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné