Les investisseurs européens ont eu peu de nouvelles fraîches à se mettre sous la dent, tant du côté de la guerre commerciale sino-américaine après l'annonce du récent compromis, que du côté du Brexit. A l'orée des fêtes de fin d'année, "on a un marché qui devrait rester stable dans des marges de fluctuation assez étroites. On entre dans une période où on aura des volumes et une volatilité plus faible", a commenté Marco Bruzzo, directeur général délégué chez Mirabaud AM. La Bourse de Francfort a cependant été pénalisée par un regain d'inquiétudes autour du gazoduc russe Nord Stream : Moscou a réaffirmé vouloir achever ce gazoduc vers l'Europe malgré les mesures de rétorsion adoptées par Washington, au risque d'exacerber les tensions entre les États-Unis et l'UE. En fin de journée, les investisseurs européens gardaient un oeil sur les nouvelles en provenance des États-Unis, où la Chambre des représentants devait voter pour mettre en accusation le président Trump en vue d'une éventuelle destitution. A 18H15 (17H15 GMT), Wall Street restait sur le qui-vive : le Dow Jones Industrial Average grignotait 0,04% ; l'indice Nasdaq, à forte coloration technologique, prenait 0,25% ; tandis que l'indice élargi S&P 500 se hissait d'un maigre 0,09%. L'Eurostoxx a perdu mercredi 0,17%. Du côté des indices, Paris a cédé 0,15%, Francfort 0,49%, Milan 0,01%, Lisbonne 0,34% et Amsterdam 0,03%. En revanche, Londres a gagné 0,21%, Madrid 0,06%, la Bourse suisse 0,17% et Bruxelles 0,10%. (Belga)

Les investisseurs européens ont eu peu de nouvelles fraîches à se mettre sous la dent, tant du côté de la guerre commerciale sino-américaine après l'annonce du récent compromis, que du côté du Brexit. A l'orée des fêtes de fin d'année, "on a un marché qui devrait rester stable dans des marges de fluctuation assez étroites. On entre dans une période où on aura des volumes et une volatilité plus faible", a commenté Marco Bruzzo, directeur général délégué chez Mirabaud AM. La Bourse de Francfort a cependant été pénalisée par un regain d'inquiétudes autour du gazoduc russe Nord Stream : Moscou a réaffirmé vouloir achever ce gazoduc vers l'Europe malgré les mesures de rétorsion adoptées par Washington, au risque d'exacerber les tensions entre les États-Unis et l'UE. En fin de journée, les investisseurs européens gardaient un oeil sur les nouvelles en provenance des États-Unis, où la Chambre des représentants devait voter pour mettre en accusation le président Trump en vue d'une éventuelle destitution. A 18H15 (17H15 GMT), Wall Street restait sur le qui-vive : le Dow Jones Industrial Average grignotait 0,04% ; l'indice Nasdaq, à forte coloration technologique, prenait 0,25% ; tandis que l'indice élargi S&P 500 se hissait d'un maigre 0,09%. L'Eurostoxx a perdu mercredi 0,17%. Du côté des indices, Paris a cédé 0,15%, Francfort 0,49%, Milan 0,01%, Lisbonne 0,34% et Amsterdam 0,03%. En revanche, Londres a gagné 0,21%, Madrid 0,06%, la Bourse suisse 0,17% et Bruxelles 0,10%. (Belga)