COWBOY. C'est avec un tel nom que deux des anciens de la start-up de livraison de repas Take Eat Easy (Karim Slaoui et Adrien Roose) reviennent dans l'univers des start-ups. Ils se sont associés début de l'année avec Tanguy Goretti (ancien de Djump, Take Eat Easy et Menu Next Door) en vue de... bouleverser le marché du vélo électrique. Le nom COWBOY, sujet à diverses interprétations, peut être vu comme le témoin de leur ambition : faire les choses autrement. "On compte apporter un nouveau vélo dans ...

COWBOY. C'est avec un tel nom que deux des anciens de la start-up de livraison de repas Take Eat Easy (Karim Slaoui et Adrien Roose) reviennent dans l'univers des start-ups. Ils se sont associés début de l'année avec Tanguy Goretti (ancien de Djump, Take Eat Easy et Menu Next Door) en vue de... bouleverser le marché du vélo électrique. Le nom COWBOY, sujet à diverses interprétations, peut être vu comme le témoin de leur ambition : faire les choses autrement. "On compte apporter un nouveau vélo dans un segment qui n'est pas du tout servi", tempère toutefois Karim Slaoui. Néanmoins, les trois entrepreneurs bruxellois comptent chatouiller un marché resté, selon eux, très traditionnel. La "révolution", ils la veulent à différents niveaux. D'abord sur le produit. Depuis plusieurs mois, la petite équipe de COWBOY s'est donc mise au boulot pour créer un nouveau type de vélo électrique : prototype, rencontre des acteurs du marché, voyages en Chine pour découvrir les fabricants de pièces... Les fondateurs ont dessiné eux-mêmes certaines pièces qu'ils feront fabriquer en Chine et assembler en Europe. Spécificités du vélo ? "Une assistance moteur intuitive et automatique, une batterie intelligente et amovible, des phares connectés, un démarrage sécurisé, détection de vol et tracking GPS et une mise à jour et résolution de problème à distance" avance la jeune entreprise. Les 3 entrepreneurs s'appuient sur leur passé dans le software pour placer le COWBOY dans la catégorie des vélos intelligents. Et force est de constater que les trois fondateurs en ont sous la pédale : ils viennent de présenter leur prototype à la Grand-Messe internationale du vélo, Euro Bike en Allemagne, et ils viennent de remporter un prix !Ensuite, sur le prix. "En moyenne, un vélo électrique se vend à quelque 2200 euros, soutient Karim Slaoui. Nous allons le proposer beaucoup moins cher." Et la start-up devrait le commercialiser au prix de 1.399 euros, en Belgique d'abord, avant d'aller à l'international. Et puis, enfants du Web, les trois créateurs de COWBOY envisagent la distribution essentiellement en ligne. Forcément. Soutenus par une levée de fonds de 700.000 euros auprès de divers investisseurs (dont les noms sont jalousement gardés secret) les trois fondateurs se laissent encore quelques mois pour le développement du produit qui devrait être vendu dès le printemps 2018. Pour financer la production de sa première série de vélos, COWBOY envisage encore différentes options : levée de fonds, crowdfunding, précommandes.