L'Etat prélève des accises sur les boissons "additionnées de sucre ou d'autres édulcorants", comme le Coca-Cola et les eaux aromatisées. En 2015, 55 millions d'euros d'accises sont entrés dans les caisses de l'Etat. Cela s'est élevé à 175 millions en 2018. C'est davantage que les rentrées prélevées sur les ventes de vin (172 millions) et légèrement moins que la bière (200 millions). Le niveau de taxation a donc triplé en trois ans. Au final, c'est le consommateur qui paye, puisque la hausse des accises a entraîné celle des prix en magasin. Ce qui pousse les Belges à faire leurs courses à l'étranger. L'Etat a en conséquence dû se passer d'une partie de ses recettes prévues, une perte estimée à une grosse vingtaine de millions. Toutefois, cette perte étant moindre que les 120 millions de nouvelles recettes, la hausse des accises reste donc une opération rentable pour l'Etat. (Belga)