Pour le Voka, l'opposition au projet de ligne à haute tension Ventilus en Flandre occidentale ou le réaménagement du R4 à Zelzate et Oosterweel sont des "symptômes qui démontrent l'absence douloureuse d'un cadre juridiquement sécurisé pour les investissements." L'organisation patronale n'hésite pas à montrer du doigt les autorités qu'elle accuse de ne pas faire preuve des mêmes ambitions que les entreprises. De ce fait, "les promesses d'une transition énergétique durable restent lettre morte." "Certains projets sont sur la table depuis des décennies", affirme Stephan Vanfraechem du Voka. "Il y a la nouvelle écluse à Zeebrugge, l'augmentation de la capacité en matière de conteneurs à Anvers et la promesse d'un meilleur accès ferroviaire. Mais quelque part dans le processus de prise de décision, ces plans rencontrent toujours un obstacle. Ce qui a pour conséquence qu'ils ne sont pas autorisés et mis en ?uvre." La participation légitime des autorités aux grands dossiers devient problématique lorsque les intérêts individuels prennent le dessus, poursuivent les auteurs de la lettre ouverte. "Un compromis peut être trouvé pour tenir compte des contre-arguments et des préoccupations, mais il doit avant tout servir l'intérêt général. Auquel cas, les grands projets d'investissement censés être nécessaires appartiendront au passé." Les signataires de la lettre ouverte représentent environ 700 entreprises actives dans les ports maritimes de la Flandre. (Belga)

Pour le Voka, l'opposition au projet de ligne à haute tension Ventilus en Flandre occidentale ou le réaménagement du R4 à Zelzate et Oosterweel sont des "symptômes qui démontrent l'absence douloureuse d'un cadre juridiquement sécurisé pour les investissements." L'organisation patronale n'hésite pas à montrer du doigt les autorités qu'elle accuse de ne pas faire preuve des mêmes ambitions que les entreprises. De ce fait, "les promesses d'une transition énergétique durable restent lettre morte." "Certains projets sont sur la table depuis des décennies", affirme Stephan Vanfraechem du Voka. "Il y a la nouvelle écluse à Zeebrugge, l'augmentation de la capacité en matière de conteneurs à Anvers et la promesse d'un meilleur accès ferroviaire. Mais quelque part dans le processus de prise de décision, ces plans rencontrent toujours un obstacle. Ce qui a pour conséquence qu'ils ne sont pas autorisés et mis en ?uvre." La participation légitime des autorités aux grands dossiers devient problématique lorsque les intérêts individuels prennent le dessus, poursuivent les auteurs de la lettre ouverte. "Un compromis peut être trouvé pour tenir compte des contre-arguments et des préoccupations, mais il doit avant tout servir l'intérêt général. Auquel cas, les grands projets d'investissement censés être nécessaires appartiendront au passé." Les signataires de la lettre ouverte représentent environ 700 entreprises actives dans les ports maritimes de la Flandre. (Belga)