Ceux-ci ont obtenu l'engagement de quatre personnes sous contrat à durée indéterminée. La direction leur accorde aussi la revalorisation salariale qu'ils demandaient à la suite d'une réorganisation de travail consécutive à un important investissement pour augmenter la production. Les travailleurs de 60 ans et plus se voient par ailleurs accorder des jours de congé supplémentaires.

La direction souhaite retrouver une paix sociale au terme de cette première grève dans l'histoire de l'entreprise fondée il y a 34 ans. Une volonté que soutient le personnel qui a constaté depuis quelques mois une détérioration du climat social dans l'entreprise.

Lors de cette grève entamée le 23 juin dernier, la direction locale a été dans l'impossibilité de trouver une solution au confit avec les syndicats. L'intervention de la direction régionale, basée aux Pays-Bas, a été nécessaire.

Une médiation, organisée le 28 juin, avait pourtant permis de rouvrir le dialogue entre les parties mais les négociations avaient abouti à un nouvel échec.

L'entreprise, qui oeuvre essentiellement pour le secteur de l'automobile, emploie 130 personnes et produit annuellement 600.000 tonnes d'acier galvanisé. Elle est détenue depuis 10 ans par Tata Steel, groupe indien spécialisé dans la sidérurgie, qui avait racheté l'entreprise à Corus, née en 2003 de la fusion entre Hoogovens et British Steel. Ces derniers s'étaient associés à Cockerill-Sambre pour lancer, en 1983, cette usine considérée à l'époque comme révolutionnaire.

Ceux-ci ont obtenu l'engagement de quatre personnes sous contrat à durée indéterminée. La direction leur accorde aussi la revalorisation salariale qu'ils demandaient à la suite d'une réorganisation de travail consécutive à un important investissement pour augmenter la production. Les travailleurs de 60 ans et plus se voient par ailleurs accorder des jours de congé supplémentaires. La direction souhaite retrouver une paix sociale au terme de cette première grève dans l'histoire de l'entreprise fondée il y a 34 ans. Une volonté que soutient le personnel qui a constaté depuis quelques mois une détérioration du climat social dans l'entreprise. Lors de cette grève entamée le 23 juin dernier, la direction locale a été dans l'impossibilité de trouver une solution au confit avec les syndicats. L'intervention de la direction régionale, basée aux Pays-Bas, a été nécessaire. Une médiation, organisée le 28 juin, avait pourtant permis de rouvrir le dialogue entre les parties mais les négociations avaient abouti à un nouvel échec. L'entreprise, qui oeuvre essentiellement pour le secteur de l'automobile, emploie 130 personnes et produit annuellement 600.000 tonnes d'acier galvanisé. Elle est détenue depuis 10 ans par Tata Steel, groupe indien spécialisé dans la sidérurgie, qui avait racheté l'entreprise à Corus, née en 2003 de la fusion entre Hoogovens et British Steel. Ces derniers s'étaient associés à Cockerill-Sambre pour lancer, en 1983, cette usine considérée à l'époque comme révolutionnaire.