Après une période de croissance ininterrompue, le nombre d'heures prestées ainsi que le nombre d'intérimaires - corrigés pour tenir compte des effets saisonniers - affiche une légère baisse au cours des six derniers mois. D'après Federgon, ce recul pourrait être annonciateur d'un léger ralentissement de la croissance économique. "Ces résultats peuvent aussi s'expliquer par la conversion de contrats temporaires (intérim) en contrats fixes. Ou encore, par le niveau de confiance plus élevé des entrepreneurs d'une part, et la pénurie de main-d'oeuvre d'autre part. Les entreprises ne veulent pas prendre le risque de passer à côté de la perle rare", explique Paul Verschueren, responsable du service d'études de la fédération.