Les travailleurs du non-marchand demandent de revaloriser les salaires, d'améliorer les conditions de travail et d'augmenter l'offre de qualité à la population, explique le syndicat. Plusieurs actions auront lieu jeudi dans différentes associations, institutions ou entreprises du pays. Une cérémonie sera organisée à midi à la place des Congrès à Bruxelles pour rendre honneur aux "travailleurs inconnus".

Un rassemblement se déroulera à Charleroi au rond-point du Marsupilami à 13h00. "Au-delà des professions de santé, c'est l'ensemble des métiers du non-marchand (aide aux personnes, enfance, aide sociale, insertion, socio-culturel, ...) qui a montré son caractère indispensable dans la gestion de la crise et de la sortie de crise", argumente la CNE.

"Tant l'opinion publique que les partis politiques ont fait valoir qu'une reconnaissance et une revalorisation des professionnels du secteur non-marchand devaient succéder légitimement aux applaudissements", poursuit le syndicat.

Un préavis déposé le 4 juin dernier couvre les actions et les grèves qui appuieront ces revendications. Il concerne toutes les commissions paritaires du secteur non-marchand.

Les travailleurs du non-marchand demandent de revaloriser les salaires, d'améliorer les conditions de travail et d'augmenter l'offre de qualité à la population, explique le syndicat. Plusieurs actions auront lieu jeudi dans différentes associations, institutions ou entreprises du pays. Une cérémonie sera organisée à midi à la place des Congrès à Bruxelles pour rendre honneur aux "travailleurs inconnus". Un rassemblement se déroulera à Charleroi au rond-point du Marsupilami à 13h00. "Au-delà des professions de santé, c'est l'ensemble des métiers du non-marchand (aide aux personnes, enfance, aide sociale, insertion, socio-culturel, ...) qui a montré son caractère indispensable dans la gestion de la crise et de la sortie de crise", argumente la CNE. "Tant l'opinion publique que les partis politiques ont fait valoir qu'une reconnaissance et une revalorisation des professionnels du secteur non-marchand devaient succéder légitimement aux applaudissements", poursuit le syndicat. Un préavis déposé le 4 juin dernier couvre les actions et les grèves qui appuieront ces revendications. Il concerne toutes les commissions paritaires du secteur non-marchand.