Il s'agit d'une augmentation de plus de 2% par rapport à l'année passée. Le secteur poursuit donc sa croissance, qui est de 3% par an en moyenne depuis 2005. L'emploi enregistre lui un léger recul de 0,5%, à 87.800 postes directs.

La part du secteur chimique et des sciences de la vie dans le total manufacturier s'élève à 23%, "un niveau record", souligne essenscia. Cette croissance est principalement à mettre au crédit de l'industrie pharmaceutique et de la chimie de base, précise la fédération.

La chimie et le pharmaceutique constituent le premier secteur en matière de recherche & développement en Belgique. Avec plus de 3 milliards d'euros en investissements en 2014, soit une hausse de 50% depuis une dizaine d'années, ce secteur réalise plus de la moitié des dépenses en R&D en Belgique.

Essenscia se targue également du fait que ses entreprises constituent le premier secteur à l'exportation du pays avec un montant total de 112 milliards d'euros, bon pour un solde commercial positif de 23,2 milliards d'euros. Il s'agit d'un tiers du total des exportations de biens belges en 2014, indique-t-elle.

La fédération se montre résolument positive pour l'année 2015. "Les indicateurs conjoncturels les plus récents laissent entrevoir une poursuite de la reprise en 2015 dans un contexte de baisse du prix du pétrole et de dépréciation de l'euro", commente encore essenscia.

Il s'agit d'une augmentation de plus de 2% par rapport à l'année passée. Le secteur poursuit donc sa croissance, qui est de 3% par an en moyenne depuis 2005. L'emploi enregistre lui un léger recul de 0,5%, à 87.800 postes directs.La part du secteur chimique et des sciences de la vie dans le total manufacturier s'élève à 23%, "un niveau record", souligne essenscia. Cette croissance est principalement à mettre au crédit de l'industrie pharmaceutique et de la chimie de base, précise la fédération.La chimie et le pharmaceutique constituent le premier secteur en matière de recherche & développement en Belgique. Avec plus de 3 milliards d'euros en investissements en 2014, soit une hausse de 50% depuis une dizaine d'années, ce secteur réalise plus de la moitié des dépenses en R&D en Belgique.Essenscia se targue également du fait que ses entreprises constituent le premier secteur à l'exportation du pays avec un montant total de 112 milliards d'euros, bon pour un solde commercial positif de 23,2 milliards d'euros. Il s'agit d'un tiers du total des exportations de biens belges en 2014, indique-t-elle.La fédération se montre résolument positive pour l'année 2015. "Les indicateurs conjoncturels les plus récents laissent entrevoir une poursuite de la reprise en 2015 dans un contexte de baisse du prix du pétrole et de dépréciation de l'euro", commente encore essenscia.