C'est ce qui ressort d'une enquête de l'Echo et du Tijd, publiée samedi, sur la base des rapports sur les rémunérations de 17 des 20 entreprises de l'indice phare de la Bourse de Bruxelles. Cofinimmo, Elia et D'Ieteren n'ayant pas encore publié leurs rapports.

En 2014, dix de ces 17 entreprises ont réduit la rémunération de leur patron ou patronne. Dans d'autres cas, l'explication est à trouver dans la nomination d'un nouveau (ou d'une nouvelle) CEO qui gagne moins que son prédécesseur. Chez Belgcaom et bpost, c'est l'actionnaire principal, à savoir le gouvernement, qui a fixé un plafond salarial pour les patrons.

Le dirigeant le mieux payé l'an dernier, avec 4,2 millions d'euros, était Roch Doliveux, de la firme pharmaceutique UCB. En plus de son salaire fixe et variable et de son généreux plan de retraite, il a reçu des options pour une valeur de 2,7 millions d'euros, ce qui porte sa rémunération totale à près de 7 millions d'euros.