La Commission européenne a déjà investi 2,15 millions d'euros dans la sécurité du port maritime, pour lutter notamment contre le trafic d'êtres humains et la migration illégale. L'an dernier et en 2020, le Royaume-Uni a investi 3,3 millions d'euros dans des projets de sécurité de quatre entreprises cargo implantées dans le port. La Grande-Bretagne va maintenant consacrer 800.000 euros supplémentaires dans une salle de contrôle. Le ministère britannique de l'Intérieur prévoit de mener une étude de faisabilité. "Cette étude doit examiner comment les images de caméras des différents terminaux peuvent être rassemblées et analysées", commente le gouverneur Carl Decaluwé. L'étude doit être bouclée fin mars. M. Decaluwé souligne l'importance de la sécurité dans le port dans la perspective du Brexit. "Le nombre d'incidents dans le port de Zeebrugge repart à la hausse. Le Royaume-Uni n'a rien perdu de son pouvoir d'attraction auprès des migrants et des trafiquants d'êtres humains, et l'incertitude liée au Brexit ne va rien arranger", conclut-il. (Belga)

La Commission européenne a déjà investi 2,15 millions d'euros dans la sécurité du port maritime, pour lutter notamment contre le trafic d'êtres humains et la migration illégale. L'an dernier et en 2020, le Royaume-Uni a investi 3,3 millions d'euros dans des projets de sécurité de quatre entreprises cargo implantées dans le port. La Grande-Bretagne va maintenant consacrer 800.000 euros supplémentaires dans une salle de contrôle. Le ministère britannique de l'Intérieur prévoit de mener une étude de faisabilité. "Cette étude doit examiner comment les images de caméras des différents terminaux peuvent être rassemblées et analysées", commente le gouverneur Carl Decaluwé. L'étude doit être bouclée fin mars. M. Decaluwé souligne l'importance de la sécurité dans le port dans la perspective du Brexit. "Le nombre d'incidents dans le port de Zeebrugge repart à la hausse. Le Royaume-Uni n'a rien perdu de son pouvoir d'attraction auprès des migrants et des trafiquants d'êtres humains, et l'incertitude liée au Brexit ne va rien arranger", conclut-il. (Belga)