La faille a été découverte la semaine dernière par les pilotes de la FAA lors des essais sur simulateur, qui reproduisent les conditions réelles en vol, a dit à l'AFP une source proche du dossier sous couvert d'anonymat.

Le régulateur a demandé à Boeing de réparer cette faille, qui est de nature à retarder l'essai en vol du 737 MAX modifié, vol test nécessaire pour la nouvelle certification de cet avion locomotive des ventes de l'avionneur américain et cloué au sol depuis mi-mars.

"La FAA a récemment découvert un risque potentiel que Boeing doit atténuer", intime l'autorité dans un courriel. Dans un document adressé au gendarme des marchés, la SEC, le constructeur aéronautique explique que la FAA lui a demandé de "s'occuper d'un problème spécifique en vol que les changements de logiciel du 737 MAX sur lesquels Boeing travaille depuis huit mois ne prennent pas en compte".

"Boeing est d'accord avec la décision et la requête de la FAA et est en train de travailler sur ledit logiciel afin de répondre à la demande" de l'autorité, ajoute le groupe de Chicago.

Il ajoute qu'il ne soumettra pas le 737 MAX modifié pour certification "tant que nous n'aurons pas satisfait toutes les exigences (...) pour un retour en service en toute sécurité".

Selon une source proche du dossier ayant requis l'anonymat, lors des tests sur simulateur la semaine dernière, des pilotes de la FAA ont eu du mal à reprendre le contrôle de l'avion après avoir activé le système anti-décrochage MCAS, mis en cause dans l'accident de Lion Air en Indonésie en 2018 et celui d'Ethiopian Airlines en mars en Ethiopie.

Ce nouveau problème indique que le vol test nécessaire pour enclencher le calendrier de retour dans le ciel du 737 MAX aux Etats-Unis ne sera pas effectué avant le 8 juillet, a indiqué à l'AFP une source gouvernementale.

Il va falloir à la FAA au moins de deux à trois semaines pour examiner les modifications effectuées par Boeing pour régler le problème, a dit cette source.

En outre, il est difficile de savoir pour l'instant si le colmatage de cette faille exige une simple mise à jour du logiciel ou des changements en profondeur. Dans ce dernier cas, le 737 MAX devrait rester immobilisé au sol pendant encore de longues semaines.