Le 23 février dernier, le bureau de la commission spéciale de la Chambre installée dans la foulée du scandale panaméen avait décidé de doubler cette commission spéciale d'une commission d'enquête jusqu'au 30 mars, afin de permettre la levée du secret professionnel auquel sont astreints un certain nombre d'acteurs des dossiers. "Mais ce changement de statut s'accompagne d'une exclusion des partis qui ne sont pas membres d'un groupe parlementaire reconnu, comme le PTB", dénonce ce dernier qui affirme également qu'en coulisses, "les partis de la majorité affichent leur ferme volonté de barrer la route à un amendement - comme celui que le PTB déposera ce mardi - élargissant la composition de la commission". C'est le député Marco Van Hees qui représentait activement le PTB, sans voix délibérative, lors des réunions la commission spéciale de la Chambre. (Belga)

Le 23 février dernier, le bureau de la commission spéciale de la Chambre installée dans la foulée du scandale panaméen avait décidé de doubler cette commission spéciale d'une commission d'enquête jusqu'au 30 mars, afin de permettre la levée du secret professionnel auquel sont astreints un certain nombre d'acteurs des dossiers. "Mais ce changement de statut s'accompagne d'une exclusion des partis qui ne sont pas membres d'un groupe parlementaire reconnu, comme le PTB", dénonce ce dernier qui affirme également qu'en coulisses, "les partis de la majorité affichent leur ferme volonté de barrer la route à un amendement - comme celui que le PTB déposera ce mardi - élargissant la composition de la commission". C'est le député Marco Van Hees qui représentait activement le PTB, sans voix délibérative, lors des réunions la commission spéciale de la Chambre. (Belga)