"Cette démarche est liée à la situation financière de la compagnie propriétaire et n'est pas liée à Starwood Hotels & Resorts ou la marque Sheraton", indique un communiqué du groupe Starwood. "Alors que le processus judiciaire est en cours, nous restons concentrés sur nos précieux et fidèles clients", ajoute le groupe. "Les relations existantes avec les associés, les fournisseurs et les partenaires restent, à ce stade, inchangées."

Cette procédure en réorganisation judiciaire s'explique par les difficultés financières notamment engendrées par les attaques terroristes du 22 mars mais également à un problème de contrat commercial avec le groupe Marriott, ajoute Grace Papa, secrétaire permanente pour la CSC Alimentation et Services. "La procédure donne du temps supplémentaire pour trouver des options solides afin de redresser la situation financière et commerciale."

L'employeur n'a d'ailleurs pas évoqué de restructuration ou de faillite du Sheraton, où travaillent environ 200 personnes, ajoute la syndicaliste. "C'est un moment dur à passer, mais les salaires ont toujours été payés. L'hôtel fonctionne un peu mieux que les autres à Bruxelles, il est possible de trouver une solution avec des ajustements et d'autres partenaires."

Le tribunal de commerce a désormais deux semaines pour se prononcer sur la demande de protection.