"Nous pouvons confirmer que Sir Tim prendra sa retraite (...) en juin 2020", a déclaré ce porte-parole, sans donner plus de précision.

Président depuis 2003, Tim Clark, 70 ans, avait rejoint Emirates en 1985, aux tout débuts de la compagnie aérienne, alors qu'elle ne comptait que deux avions en location.

Devenue depuis la plus importante du Moyen-Orient, Emirates possède désormais 271 appareils gros-porteurs, dont 113 Airbus A380 superjumbos et 158 Boeing 777.

La compagnie, qui a annoncé début novembre avoir presque triplé ses bénéfices semestriels, comprend plus de 150 destinations.

Mais Emirates est confronté comme ses concurrents à la croissance économique morose des pays du Golfe, tandis que les chiffres du tourisme stagnent à Dubaï même.

L'an dernier, son bénéfice net a chuté de 69% à 237 millions de dollars, en raison de la hausse des prix du pétrole et des variations des taux de change.

"Nous pouvons confirmer que Sir Tim prendra sa retraite (...) en juin 2020", a déclaré ce porte-parole, sans donner plus de précision. Président depuis 2003, Tim Clark, 70 ans, avait rejoint Emirates en 1985, aux tout débuts de la compagnie aérienne, alors qu'elle ne comptait que deux avions en location. Devenue depuis la plus importante du Moyen-Orient, Emirates possède désormais 271 appareils gros-porteurs, dont 113 Airbus A380 superjumbos et 158 Boeing 777.La compagnie, qui a annoncé début novembre avoir presque triplé ses bénéfices semestriels, comprend plus de 150 destinations.Mais Emirates est confronté comme ses concurrents à la croissance économique morose des pays du Golfe, tandis que les chiffres du tourisme stagnent à Dubaï même. L'an dernier, son bénéfice net a chuté de 69% à 237 millions de dollars, en raison de la hausse des prix du pétrole et des variations des taux de change.