Au début du mois, ING a annoncé la suppression d'environ 3.500 emplois en Belgique. La moitié des agences disparaîtront et le reste deviendra des agences indépendantes en grande partie. Le dialogue social (procédure Renault) a été lancé mais les syndicats déplorent ne pas avoir reçu beaucoup d'informations jusqu'à présent. "Nous n'avons toujours pas vu de businessplan. Si nous voulons proposer des alternatives, il nous faut des chiffres concrets", explique M. Dedeyne. La Banque nationale et la FSMA seront aussi invitées à livrer leur point de vue pour juger si "ING peut à l'avenir répondre aux exigences en tant que banque". La taskforce se réunit de nouveau le 9 novembre. (Belga)