Les aurorités avaient vu grand : ouvert à la circulation en juillet 1991, le Liefkenshoektunnel avait une capacité de 400.000 véhicules par jour. Pas assez toutefois : aux heures de pointe, les files aujourd'hui s'allongent ...

Les aurorités avaient vu grand : ouvert à la circulation en juillet 1991, le Liefkenshoektunnel avait une capacité de 400.000 véhicules par jour. Pas assez toutefois : aux heures de pointe, les files aujourd'hui s'allongent et le péage n'y change rien. Son tarif, il est vrai, n'a plus été indexé depuis un moment déjà pour ne pas mettre en péril l'activité du port. Dans l'espoir de fluidifier le trafic, le tarif de nuit a été, depuis juillet 2017, considérablement réduit. Jacques Vandermeiren, ancien patron d'Elia et aujourd'hui CEO du port d'Anvers, souhaite aller plus loin encore et demande la gratuité pour le passage de camions la nuit. Le ministre de la Mobilité, Ben Weyts, veut bien étudier la question mais se demande quelle peut bien être l'utilité d'accroître le trafic nocturne si, dans le port, il n'y a personne pour charger ou décharger les véhicules. Dans la chaîne logistique, explique-t-il, " tout le monde doit regarder dans la même direction ". Ce qui implique, poursuit-il, " l'introduction du travail de nuit et l'accord de tous les partenaires, y compris les syndicats ". Entendu sur Radio 1.