Le cours du baril de référence (WTI) pour livraison en avril a gagné 1,79 dollar à 38,29 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), au plus haut depuis plus de trois mois. "La chute des réserves d'essence (aux Etats-Unis) a été plus marquée que ne l'attendaient les investisseurs", a commenté Oliver Sloup, chez iiTrader.com. Lors de la semaine achevée le 4 mars, les stocks d'essence ont baissé de 4,5 millions de barils, largement plus que ne le prévoyaient les experts de Bloomberg (-1,5 million de barils) et la fédération du secteur API (-2,1 millions) tandis que les réserves de produits distillés (gazole, fioul de chauffage, kérosène, etc.), ont baissé de 1,1 million de barils, soit nettement plus également que ne s'y attendait l'API (-128.000 barils) et les experts de Blooomberg, qui tablaient sur une progression de 900.000 barils. Ces bons chiffres annoncés par le ministère américain de l'Energie (DoE) ont permis de minimiser la progression des stocks de brut, à hauteur de 3,9 millions de barils, ce qui dépasse les prévisions de Bloomberg (+3,5 millions) mais reste en deçà des attentes de l'API (+4,4 millions). (Belga)

Le cours du baril de référence (WTI) pour livraison en avril a gagné 1,79 dollar à 38,29 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), au plus haut depuis plus de trois mois. "La chute des réserves d'essence (aux Etats-Unis) a été plus marquée que ne l'attendaient les investisseurs", a commenté Oliver Sloup, chez iiTrader.com. Lors de la semaine achevée le 4 mars, les stocks d'essence ont baissé de 4,5 millions de barils, largement plus que ne le prévoyaient les experts de Bloomberg (-1,5 million de barils) et la fédération du secteur API (-2,1 millions) tandis que les réserves de produits distillés (gazole, fioul de chauffage, kérosène, etc.), ont baissé de 1,1 million de barils, soit nettement plus également que ne s'y attendait l'API (-128.000 barils) et les experts de Blooomberg, qui tablaient sur une progression de 900.000 barils. Ces bons chiffres annoncés par le ministère américain de l'Energie (DoE) ont permis de minimiser la progression des stocks de brut, à hauteur de 3,9 millions de barils, ce qui dépasse les prévisions de Bloomberg (+3,5 millions) mais reste en deçà des attentes de l'API (+4,4 millions). (Belga)