Déjà en baisse de quelque 3,5 dollars lors des trois précédentes séances, le cours du baril de référence (WTI) pour livraison en mars a cédé encore 1,24 dollar à 26,21 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), soit un niveau qu'il n'avait plus atteint en clôture depuis mai 2003. "On fait face à une tendance négative générale de l'économie mondiale", a estimé Carl Larry de Frost & Sullivan. "La reprise se fait attendre dans le monde et cela met les cours du pétrole sous pression." "Tant que l'économie va rester faible et la demande morose, le marché pétrolier restera à un bas niveau", a-t-il insisté. Comme symptôme de ces inquiétudes sur l'économie mondiale, il citait une nouvelle chute des Bourses internationales, qui, comme souvent depuis le début de l'année, ont perdu jeudi 2%, 3%, voire 4%, en Asie, en Europe et à Wall Street. (Belga)

Déjà en baisse de quelque 3,5 dollars lors des trois précédentes séances, le cours du baril de référence (WTI) pour livraison en mars a cédé encore 1,24 dollar à 26,21 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), soit un niveau qu'il n'avait plus atteint en clôture depuis mai 2003. "On fait face à une tendance négative générale de l'économie mondiale", a estimé Carl Larry de Frost & Sullivan. "La reprise se fait attendre dans le monde et cela met les cours du pétrole sous pression." "Tant que l'économie va rester faible et la demande morose, le marché pétrolier restera à un bas niveau", a-t-il insisté. Comme symptôme de ces inquiétudes sur l'économie mondiale, il citait une nouvelle chute des Bourses internationales, qui, comme souvent depuis le début de l'année, ont perdu jeudi 2%, 3%, voire 4%, en Asie, en Europe et à Wall Street. (Belga)