"Cela fait des mois que le dialogue social au sein de l'entreprise s'apparente plus à un dialogue de sourd qu'à une réelle concertation sociale", dénoncent les syndicats. Selon eux, "la question centrale est celle de la charge de travail et des horaires alors que les process de production s'allongent." "Le nombre de personnes en burn-out ou proche de l'être augmente mais la direction continue à enfreindre la législation sociale concernant l'étude sur la charge psychosociale et sur les horaires", dénoncent-ils. "Et l'on doit encore ajouter des soucis en terme de risques sanitaires et de sécurités ainsi qu'une gestion à la tête du client du télétravail, des barèmes, etc." La CNE et le Setca ajoutent qu'un premier arrêt de travail de quatre heures avait été observé mardi. (Belga)

"Cela fait des mois que le dialogue social au sein de l'entreprise s'apparente plus à un dialogue de sourd qu'à une réelle concertation sociale", dénoncent les syndicats. Selon eux, "la question centrale est celle de la charge de travail et des horaires alors que les process de production s'allongent." "Le nombre de personnes en burn-out ou proche de l'être augmente mais la direction continue à enfreindre la législation sociale concernant l'étude sur la charge psychosociale et sur les horaires", dénoncent-ils. "Et l'on doit encore ajouter des soucis en terme de risques sanitaires et de sécurités ainsi qu'une gestion à la tête du client du télétravail, des barèmes, etc." La CNE et le Setca ajoutent qu'un premier arrêt de travail de quatre heures avait été observé mardi. (Belga)