Le "BER" a ainsi accueilli en novembre 180.000 passagers au départ ou à l'arrivée, a précisé l'entreprise publique. Son ancêtre ouest-allemand, l'aéroport berlinois de Tegel, a pour sa part vu défiler 33.000 voyageurs durant sa dernière semaine d'activité. L'aéroport au terminal hexagonal, devenu trop exigu face à un trafic intensifié depuis la guerre froide, a définitivement fermé ses portes le 8 novembre. Autre vestige des années '40, l'aéroport de Schönefeld, adjacent au BER dans la périphérie sud-est de la capitale, a récemment été intégré au nouveau site en tant que Terminal 5. Avec neuf ans de retard et un budget quasi triplé par rapport aux prévisions initiales, l'aéroport international remplace les deux anciens aéroports de Berlin, dont la fréquentation a chuté de 92% par rapport à novembre 2019, avec seulement 2,5 millions de passagers. "Le reconfinement et les mesures de restriction pour contrer la pandémie de coronavirus ont été néfastes au secteur", acquiesce le directeur de la FBB, Engelbert Luetke Daldrup. "On ne voit d'ailleurs pas encore le bout du tunnel. Les perspectives restent sombres, même pour les vacances de Noël." En raison de la faible demande, le Terminal 5-ex-Schönefeld sera mis hors service pour un an à partir de mars 2021. De son côté, le Terminal 2, ajouté aux plans initiaux pour répondre à la demande alors croissante, n'a pas encore ouvert ses portes à cause de la crise. (Belga)

Le "BER" a ainsi accueilli en novembre 180.000 passagers au départ ou à l'arrivée, a précisé l'entreprise publique. Son ancêtre ouest-allemand, l'aéroport berlinois de Tegel, a pour sa part vu défiler 33.000 voyageurs durant sa dernière semaine d'activité. L'aéroport au terminal hexagonal, devenu trop exigu face à un trafic intensifié depuis la guerre froide, a définitivement fermé ses portes le 8 novembre. Autre vestige des années '40, l'aéroport de Schönefeld, adjacent au BER dans la périphérie sud-est de la capitale, a récemment été intégré au nouveau site en tant que Terminal 5. Avec neuf ans de retard et un budget quasi triplé par rapport aux prévisions initiales, l'aéroport international remplace les deux anciens aéroports de Berlin, dont la fréquentation a chuté de 92% par rapport à novembre 2019, avec seulement 2,5 millions de passagers. "Le reconfinement et les mesures de restriction pour contrer la pandémie de coronavirus ont été néfastes au secteur", acquiesce le directeur de la FBB, Engelbert Luetke Daldrup. "On ne voit d'ailleurs pas encore le bout du tunnel. Les perspectives restent sombres, même pour les vacances de Noël." En raison de la faible demande, le Terminal 5-ex-Schönefeld sera mis hors service pour un an à partir de mars 2021. De son côté, le Terminal 2, ajouté aux plans initiaux pour répondre à la demande alors croissante, n'a pas encore ouvert ses portes à cause de la crise. (Belga)