Cet "accord de principe" du FMI, une man?uvre rarement utilisée par l'institution monétaire, avait déjà été annoncé en mai. Il a permis le versement d'une nouvelle tranche d'aide de 8,5 milliards d'euros de la part de la zone euro, effectuée en grande partie début juillet. Athènes bénéficie d'un plan d'aide de 86 milliards d'euros, le troisième, signé en juillet 2015. Ce plan, qui court jusqu'en août 2018, doit permettre à la Grèce de faire face en partie à sa dette colossale, qui atteint toujours près de 180% de son PIB (315 milliards d'euros). Tout en donnant son aval, le FMI continue de mettre la pression sur les créanciers européens pour une renégociation de la dette grecque, qu'il juge insoutenable en l'état actuel. (Belga)

Cet "accord de principe" du FMI, une man?uvre rarement utilisée par l'institution monétaire, avait déjà été annoncé en mai. Il a permis le versement d'une nouvelle tranche d'aide de 8,5 milliards d'euros de la part de la zone euro, effectuée en grande partie début juillet. Athènes bénéficie d'un plan d'aide de 86 milliards d'euros, le troisième, signé en juillet 2015. Ce plan, qui court jusqu'en août 2018, doit permettre à la Grèce de faire face en partie à sa dette colossale, qui atteint toujours près de 180% de son PIB (315 milliards d'euros). Tout en donnant son aval, le FMI continue de mettre la pression sur les créanciers européens pour une renégociation de la dette grecque, qu'il juge insoutenable en l'état actuel. (Belga)