L'étude démarre en 2012, date de la première réelle campagne de financement participatif en Belgique. Mais c'est l'année 2017 qui fait la différence, car un régime spécial est alors entré en vigueur. Depuis lors, les investissements réalisés sur l'une des plateformes agréées par la FSMA peuvent bénéficier d'un "tax shelter", un régime fiscal préférentiel. Huit organismes disposent actuellement de cet agrément de l'autorité des marchés financiers.

Les particuliers restent toutefois prudents, comme le révèle l'étude. Le montant moyen investi par campagne et par investisseur est de 2.871 euros. La moitié d'entre eux ne consacrent d'ailleurs même pas 500 euros par projet et seuls 3% des investisseurs ont versé un montant supérieur à 5.000 euros.

Les plateformes sont prudentes elles aussi. Sur 17.000 projets reçus, elles n'en ont proposé que 273 au public.