L'indice des directeurs d'achats s'est établi en mai à 49,6 contre 47,4 un mois plus tôt, lorsque la dégradation des conditions sanitaires mettait déjà l'économie sous pression, a annoncé mardi le bureau national des statistiques (BNS). Un nombre supérieur à 50 témoigne d'une expansion de l'activité. En deçà, il traduit une contraction. Des analystes sondés par l'agence Bloomberg anticipaient un repli plus prononcé (49). Il s'agit du troisième mois de contraction d'affilée de cet indice. La Chine, qui continue à suivre une stricte stratégie zéro Covid en dépit d'un nombre de contaminations très inférieur au reste du monde, a confiné au début avril sa capitale économique, Shanghaï. Les 25 millions d'habitants de la métropole restaient soumis en mai à d'importantes restrictions des déplacements, tandis que la ville de Pékin renforçait ses mesures anti-Covid-19, après un rebond des cas positifs. Si les restrictions sont depuis progressivement levées, elles continuent néanmoins à pénaliser l'activité et entraînent des difficultés d'approvisionnement. Le PMI non manufacturier, qui englobe le secteur des services et la construction, s'est, lui aussi, affiché en territoire négatif en mai à 47,8 points. Il s'agit toutefois d'une sensible amélioration par rapport à avril, quand l'indice avait atteint un plus bas depuis deux ans (41,9). L'activité a notamment été portée par la construction, selon le BNS. La plupart des experts doutent que la Chine parvienne à atteindre cette année son objectif de croissance de 5,5% du PIB, malgré des investissements massifs annoncés dans les infrastructures. (Belga)

L'indice des directeurs d'achats s'est établi en mai à 49,6 contre 47,4 un mois plus tôt, lorsque la dégradation des conditions sanitaires mettait déjà l'économie sous pression, a annoncé mardi le bureau national des statistiques (BNS). Un nombre supérieur à 50 témoigne d'une expansion de l'activité. En deçà, il traduit une contraction. Des analystes sondés par l'agence Bloomberg anticipaient un repli plus prononcé (49). Il s'agit du troisième mois de contraction d'affilée de cet indice. La Chine, qui continue à suivre une stricte stratégie zéro Covid en dépit d'un nombre de contaminations très inférieur au reste du monde, a confiné au début avril sa capitale économique, Shanghaï. Les 25 millions d'habitants de la métropole restaient soumis en mai à d'importantes restrictions des déplacements, tandis que la ville de Pékin renforçait ses mesures anti-Covid-19, après un rebond des cas positifs. Si les restrictions sont depuis progressivement levées, elles continuent néanmoins à pénaliser l'activité et entraînent des difficultés d'approvisionnement. Le PMI non manufacturier, qui englobe le secteur des services et la construction, s'est, lui aussi, affiché en territoire négatif en mai à 47,8 points. Il s'agit toutefois d'une sensible amélioration par rapport à avril, quand l'indice avait atteint un plus bas depuis deux ans (41,9). L'activité a notamment été portée par la construction, selon le BNS. La plupart des experts doutent que la Chine parvienne à atteindre cette année son objectif de croissance de 5,5% du PIB, malgré des investissements massifs annoncés dans les infrastructures. (Belga)