Ces trois dernières années, plus de 6 PME sur 10 (62,4%) n'ont pas vu leurs effectifs évoluer et à peine 20,9% des PME ont enregistré une hausse de 1 à 3 unités. Globalement, 24,1% des PME ont constaté une hausse de leurs effectifs.

"71% des chefs de PME souhaitent croître en termes de chiffre d'affaires ou d'emplois dans les trois prochaines années. Les trois principales raisons sont dans l'ordre: saisir les opportunités qui se présentent (49,2%), gagner plus (43,1%) et développer sa passion (40,9%)", souligne l'UCM. Plus de 4 entrepreneurs sur 10 (41%) prévoient l'engagement de 1 à 3 travailleurs.

"Le recrutement se fait principalement par le bouche à oreille (49,1%), mais le rôle des opérateurs publics (Forem ou Actiris) est très important pour les entrepreneurs (31,7%). Les chefs de PME sont préoccupés par la motivation plutôt que par les compétences. Leur grande crainte est l'absentéisme. Le coût des licenciements et l'absence de période d'essai sont des freins à l'embauche", explique l'UCM.

Enfin, plus de trois chefs de PME sur quatre (75,7 %) considèrent la formation du personnel comme un investissement et accordent plus de trois jours de formation par an à leurs salariés.

Ces trois dernières années, plus de 6 PME sur 10 (62,4%) n'ont pas vu leurs effectifs évoluer et à peine 20,9% des PME ont enregistré une hausse de 1 à 3 unités. Globalement, 24,1% des PME ont constaté une hausse de leurs effectifs. "71% des chefs de PME souhaitent croître en termes de chiffre d'affaires ou d'emplois dans les trois prochaines années. Les trois principales raisons sont dans l'ordre: saisir les opportunités qui se présentent (49,2%), gagner plus (43,1%) et développer sa passion (40,9%)", souligne l'UCM. Plus de 4 entrepreneurs sur 10 (41%) prévoient l'engagement de 1 à 3 travailleurs. "Le recrutement se fait principalement par le bouche à oreille (49,1%), mais le rôle des opérateurs publics (Forem ou Actiris) est très important pour les entrepreneurs (31,7%). Les chefs de PME sont préoccupés par la motivation plutôt que par les compétences. Leur grande crainte est l'absentéisme. Le coût des licenciements et l'absence de période d'essai sont des freins à l'embauche", explique l'UCM. Enfin, plus de trois chefs de PME sur quatre (75,7 %) considèrent la formation du personnel comme un investissement et accordent plus de trois jours de formation par an à leurs salariés.