Thunder Power va implanter à Gosselies un centre de recherche et une ligne de production de voitures électriques destinées au marché européen. Le ministre Jeholet a salué "un grand jour pour la Wallonie". "Je suis très satisfait car c'est un investissement très important dans un projet industriel innovant qui va créer de l'activité, des emplois et de la richesse". Le ministre wallon de l'Economie souligne au passage le travail effectué par les structures wallonnes que sont la Sogepa et l'Awex ainsi que par la cellule de reconversion "Catch" mise en place après l'annonce de l'intention de Caterpillar de fermer son site de production de Gosselies.

Le premier véhicule électrique assemblé dans l'usine carolorégienne sera la "Chloe". Cette petite citadine, qui affiche une autonomie de 350 kilomètres, a été dévoilée en exclusivité mondiale vendredi à Gosselies. La capacité de production envisagée dans un premier temps sur le site wallon est de 30.000 véhicules par an mais elle pourrait être étendue à 80.000 véhicules. Le production pilote de la "Chloe" pourrait commencer durant le dernier trimestre 2020. La production du véhicule électrique nécessite un investissement de 175 millions d'euros, notamment pour la recherche et développement, l'homologation du véhicule, l'aménagement des bâtiments, l'acquisition d'équipement et les coûts opérationnels.

Pour la Sogepa, bras financier de la Wallonie, l'investissement s'élève à 50 millions d'euros. Ces 50 millions sont versés dans la maison-mère de Thunder Power (située aux Iles Vierges britanniques), qui les reversera intégralement et instantanément dans la filiale Thunder Power Belgium en y apportant au passage 50 millions d'euros supplémentaires.

L'arrivée de Thunder Power est du pain béni pour la Wallonie en général et la région de Charleroi en particulier, touchée de plein fouet par le départ, annoncé en septembre 2016, de Caterpillar. Le géant américain employait encore plus de 2.000 travailleurs à Charleroi. A court terme, 350 équivalents temps plein seront créés mais à plus long terme, ce sont 4.000 emplois, dont de nombreux en matière de recherche et développement, qui pourraient être concrétisés grâce à ce projet.

Fondé en 2011, Thunder Power Electric Vehicle implante ainsi à Gosselies sa première ligne d'assemblage automobile hors Chine.