SD Worx note que le chômage temporaire dû au coronavirus a augmenté de près de 50% entre décembre 2021 et janvier 2022; en février, il a ensuite diminué de près de 20%. En janvier, 1,28% des jours travaillés ont ainsi été perdus par le chômage temporaire dû au Covid alors qu'en février, ce chiffre a diminué à 1,04%. "Le pic du chômage temporaire corona semble être passé, bien que certains secteurs connaissent une augmentation", souligne néanmoins SD Worx. "Mais globalement, nous constatons une baisse du chômage temporaire. Il y a un an, en février 2021, la perte de jours était encore de 3,94%", analyse Jean-Luc Vannieuwenhuyse, conseiller juridique. Le conflit entre russo-ukrainien pourrait toutefois exercer une nouvelle pression sur les employeurs - notamment les entreprises qui accusent des pénuries de matières premières ou des problèmes d'exportation - qui pourraient alors faire appel au chômage temporaire pour cause de force majeure. Par ailleurs, l'analyse des chiffres de SD Worx montre que Liège, le Hainaut et le Limbourg sont les provinces qui seront les plus touchées par le chômage temporaire en 2022. "Les ouvriers sont plus touchés que les employés par les quarantaines, et également par le chômage temporaire. Les employés ont plus facilement recours au télétravail et peuvent donc continuer à travailler malgré une possible quarantaine ou contamination sans éventuel symptôme. Les provinces où il y a un plus haut taux d'ouvriers par rapport aux employés sont celles qui connaissent les plus grandes recrudescences de chômage temporaire comme Liège et le Hainaut par exemple", explique M. Vannieuwenhuyse. (Belga)

SD Worx note que le chômage temporaire dû au coronavirus a augmenté de près de 50% entre décembre 2021 et janvier 2022; en février, il a ensuite diminué de près de 20%. En janvier, 1,28% des jours travaillés ont ainsi été perdus par le chômage temporaire dû au Covid alors qu'en février, ce chiffre a diminué à 1,04%. "Le pic du chômage temporaire corona semble être passé, bien que certains secteurs connaissent une augmentation", souligne néanmoins SD Worx. "Mais globalement, nous constatons une baisse du chômage temporaire. Il y a un an, en février 2021, la perte de jours était encore de 3,94%", analyse Jean-Luc Vannieuwenhuyse, conseiller juridique. Le conflit entre russo-ukrainien pourrait toutefois exercer une nouvelle pression sur les employeurs - notamment les entreprises qui accusent des pénuries de matières premières ou des problèmes d'exportation - qui pourraient alors faire appel au chômage temporaire pour cause de force majeure. Par ailleurs, l'analyse des chiffres de SD Worx montre que Liège, le Hainaut et le Limbourg sont les provinces qui seront les plus touchées par le chômage temporaire en 2022. "Les ouvriers sont plus touchés que les employés par les quarantaines, et également par le chômage temporaire. Les employés ont plus facilement recours au télétravail et peuvent donc continuer à travailler malgré une possible quarantaine ou contamination sans éventuel symptôme. Les provinces où il y a un plus haut taux d'ouvriers par rapport aux employés sont celles qui connaissent les plus grandes recrudescences de chômage temporaire comme Liège et le Hainaut par exemple", explique M. Vannieuwenhuyse. (Belga)