Pour le troisième trimestre son exercice décalé 2018/2019, le géant mondial du tourisme a dégagé un bénéfice net part du groupe de 21,7 millions d'euros, en baisse de 85% sur un an.

Le groupe basé à Hanovre et coté à la Bourse de Londres a réalisé un chiffre d'affaires de 4,75 milliards d'euros sur la période, en hausse de 4% sur un an, soutenu par les croisières et les excursions et services (transferts, visites, guides) proposées sur ses destinations, un segment où il grossit à coup d'acquisitions.

Il s'est néanmoins dit affecté par "une contraction des réservations en raison des effets persistants de la canicule de l'été 2018 et des incertitudes liées au Brexit", selon un communiqué.

Du fait de l'interdiction de voler du Boeing 737 Max, TUI a dû organiser des machines de remplacement, ce qui lui en a coûté 144 millions d'euros sur le trimestre écoulé. Il en a résulté un tassement du bénéfice opérationnel ajusté de 46% sur un an, à 100,9 millions d'euros.

TUI compte 15 avions de cette série dans sa flotte et devait l'élargir de huit appareils au cours de l'été, rappelle DPA.

Le groupe dirigé par Fritz Joussen a par ailleurs confirmé s'attendre à un recul de 26% du bénéfice opérationnel ajusté pour l'exercice, par rapport à 1,2 milliard d'euros dégagés l'an dernier.