Le Belgian Growth Fund (BGF) a été créé par l'ancien ministre des Finances Johan Van Overtveldt (N-VA) dans l'optique de renforcer la puissance de frappe de la Belgique concernant le secteur du capital à risque. A l'initiative, la Société fédérale de participations et d'investissement (SFPI) et ses partenaires Participatiemaatschappij Vlaanderen (PMV) et BNP Paribas Fortis Private Equity se sont chargées d'amasser les fonds. A l'heure actuelle, les entreprises belges en croissance qui désirent lever plus de 20 millions d'euros pour financer leur expansion se tournent vers des investisseurs étrangers. Peu d'acteurs belges sont en effet capables de mettre ces montants sur la table. Le fonds BGF doit combler cette lacune. A l'issue du premier closing, quelque 213 millions d'euros ont été levés. Un montant qui devrait encore croître après d'autres closings et, à terme, atteindre entre 300 et 400 millions d'euros. "Notre ambition est de permettre à davantage de start-ups de croitre et d'atteindre le niveau de scale-ups. De cette manière, nous augmentons l'impact des entreprises qui démarrent et de celles qui sont en expansion sur la croissance de la prospérité et la création d'emplois", estime le ministre des Finances Alexander De Croo (Open Vld). Selon lui, les scale-ups offrent en outre souvent une plus grande variété d'emplois à des niveaux divers. Outre le financement issu de la SFPI, PMV et BNP Paribas Fortis, le BGF s'est procuré des moyens d'investissements institutionnels auprès notamment de AG Insurance, Belfius Insurance, Ethias, KBC Verzekeringen, vdkbank et Crelan. (Belga)

Le Belgian Growth Fund (BGF) a été créé par l'ancien ministre des Finances Johan Van Overtveldt (N-VA) dans l'optique de renforcer la puissance de frappe de la Belgique concernant le secteur du capital à risque. A l'initiative, la Société fédérale de participations et d'investissement (SFPI) et ses partenaires Participatiemaatschappij Vlaanderen (PMV) et BNP Paribas Fortis Private Equity se sont chargées d'amasser les fonds. A l'heure actuelle, les entreprises belges en croissance qui désirent lever plus de 20 millions d'euros pour financer leur expansion se tournent vers des investisseurs étrangers. Peu d'acteurs belges sont en effet capables de mettre ces montants sur la table. Le fonds BGF doit combler cette lacune. A l'issue du premier closing, quelque 213 millions d'euros ont été levés. Un montant qui devrait encore croître après d'autres closings et, à terme, atteindre entre 300 et 400 millions d'euros. "Notre ambition est de permettre à davantage de start-ups de croitre et d'atteindre le niveau de scale-ups. De cette manière, nous augmentons l'impact des entreprises qui démarrent et de celles qui sont en expansion sur la croissance de la prospérité et la création d'emplois", estime le ministre des Finances Alexander De Croo (Open Vld). Selon lui, les scale-ups offrent en outre souvent une plus grande variété d'emplois à des niveaux divers. Outre le financement issu de la SFPI, PMV et BNP Paribas Fortis, le BGF s'est procuré des moyens d'investissements institutionnels auprès notamment de AG Insurance, Belfius Insurance, Ethias, KBC Verzekeringen, vdkbank et Crelan. (Belga)