Cette aide est autorisée depuis 2012 par l'Union européenne. Elle permet de compenser financièrement un nombre limité d'entreprises, principalement issues des secteurs de la métallurgie, de la chimie, du pharma et du papier, qui ont perdu en compétitivité par rapport à d'autres sociétés internationales qui, elles, n'ont pas été soumises à l'échange de quotas d'émissions européens.

"Dans son avis du 16 mars 2018, la Commission européenne a rendu un avis positif sur le projet de la Région wallonne et a pris acte de la notification de l'aide d'Etat aux institutions européennes", a indiqué M. Jeholet.

Au total, 17,5 millions d'euros seront consacrés à cette mesure sur la période 2018-2020, dont 7,5 millions cette année, 5 millions en 2019 et 5 autres millions en 2020. "Il s'agit d'un soutien capital à l'industrie wallonne pour assurer la compétitivité de nos secteurs lourds et de pointe. C'est aussi l'aboutissement d'un long travail en collaboration avec la Commission européenne qui va protéger l'activité industrielle en Wallonie", a conclu le ministre.