Les exportations wallonnes vers les marchés situés hors Union européenne (+2,6%) ont davantage augmenté que celles à destination de l'UE (+1,9%). "Résultat: la part des pays extra-européens dans notre commerce extérieur atteint 21,9%. C'est un record absolu. Elle était de 15,4% en 2000", souligne l'administratrice générale de l'Awex, Pascale Delcomminette, tout en précisant que ce résultat est dû à la progression des exportations wallonnes "dans quasi toutes les régions du monde", à l'exception de l'Amérique du Nord (qui avait toutefois connu une progression de 39,1% en 2015). L'évolution des exportations en 2016 montre également que la Wallonie n'a pas à rougir face à la plupart de ses voisins puisque les ventes wallonnes à l'étranger se sont mieux comportées que celle des Pays-Bas (+1,8%), de l'Allemagne (+1,1%), de la France (-0,8%) et surtout de l'UE15 (-1,8%). La Flandre, par contre, se situe devant la Wallonie. Sur la période 1996-2016, la croissance moyenne des exportations wallonnes (+5,3%) s'avère identique à celle de la Flandre, est supérieure aux résultats à l'exportation de l'UE-15 (+4,9%) et de la France (+3,8%) et est devancée par l'Allemagne (+6,0%) et les Pays-Bas (+5,7%). S'agissant des secteurs, les produits des industries chimiques et pharmaceutiques conservent leur place de première filière d'exportation wallonne (30,1% du total), avec une croissance de 6,4% en 2016, devant les métaux communs (12,8% du total), en perte de vitesse depuis quelques années et les restructurations massives dans la sidérurgie. Malgré leur bonne tenue en 2016, les exportations wallonnes n'en demeurent pas moins soumises aux aléas du commerce international. Le Brexit et la politique commerciale de l'administration Trump seront suivis de près alors que les Etats-Unis et le Royaume-Uni représentent respectivement les quatrième et cinquième clients à l'exportation de la Wallonie et tandis que l'Oncle Sam ne représente rien moins que le premier investisseur étranger dans le sud du pays sur la période 2000-2016. (Belga)

Les exportations wallonnes vers les marchés situés hors Union européenne (+2,6%) ont davantage augmenté que celles à destination de l'UE (+1,9%). "Résultat: la part des pays extra-européens dans notre commerce extérieur atteint 21,9%. C'est un record absolu. Elle était de 15,4% en 2000", souligne l'administratrice générale de l'Awex, Pascale Delcomminette, tout en précisant que ce résultat est dû à la progression des exportations wallonnes "dans quasi toutes les régions du monde", à l'exception de l'Amérique du Nord (qui avait toutefois connu une progression de 39,1% en 2015). L'évolution des exportations en 2016 montre également que la Wallonie n'a pas à rougir face à la plupart de ses voisins puisque les ventes wallonnes à l'étranger se sont mieux comportées que celle des Pays-Bas (+1,8%), de l'Allemagne (+1,1%), de la France (-0,8%) et surtout de l'UE15 (-1,8%). La Flandre, par contre, se situe devant la Wallonie. Sur la période 1996-2016, la croissance moyenne des exportations wallonnes (+5,3%) s'avère identique à celle de la Flandre, est supérieure aux résultats à l'exportation de l'UE-15 (+4,9%) et de la France (+3,8%) et est devancée par l'Allemagne (+6,0%) et les Pays-Bas (+5,7%). S'agissant des secteurs, les produits des industries chimiques et pharmaceutiques conservent leur place de première filière d'exportation wallonne (30,1% du total), avec une croissance de 6,4% en 2016, devant les métaux communs (12,8% du total), en perte de vitesse depuis quelques années et les restructurations massives dans la sidérurgie. Malgré leur bonne tenue en 2016, les exportations wallonnes n'en demeurent pas moins soumises aux aléas du commerce international. Le Brexit et la politique commerciale de l'administration Trump seront suivis de près alors que les Etats-Unis et le Royaume-Uni représentent respectivement les quatrième et cinquième clients à l'exportation de la Wallonie et tandis que l'Oncle Sam ne représente rien moins que le premier investisseur étranger dans le sud du pays sur la période 2000-2016. (Belga)