En moyenne, les habitants de Flandre sont donc contributeurs nets, à raison de 1.087 euros par personne et par an, en faveur des autres régions du pays, à savoir la Wallonie et Bruxelles, bénéficiaires à hauteur de 1.721 et 744 euros par personne et par an, respectivement. "Il serait bien sûr totalement erroné d'affirmer que chaque habitant de Flandre paie implicitement 1.087 euros aux résidents des autres régions de Belgique. C'est une moyenne. L'interprétation correcte est qu'en Flandre les contributions des contributeurs nets sont supérieures aux bénéfices des bénéficiaires nettes, et qu'il en résulte une contribution moyenne nette de 1.087 euros par habitant", précise l'économiste dans son étude. "De la même manière il serait inexact de prétendre que chaque habitant de Wallonie reçoit implicitement 1.721 euros de la part de la population de la Flandre. L'interprétation correcte est qu'en Wallonie, les bénéfices des bénéficiaires nets sont supérieurs aux contributions des contributeurs nets, et qu'il en résulte un bénéfice moyen net de 1.721 euros par habitant." Chaque Région, province ou arrondissement du pays compte en effet sur son territoire à la fois des ménages contributeurs nets, que l'économiste définit comme des ménages dont la part du revenu disponible total est inférieure à la part qu'ils avaient du revenu total avant redistribution (qui est réalisée via la progressivité de l'impôt et la sécurité sociale), et des ménages bénéficiaires nets qui sont ceux dont la part du revenu disponible total est supérieure à la part qu'ils avaient du revenu total avant redistribution. Eric Dor a également calculé les flux de solidarité interpersonnelle entre les provinces et entre les arrondissements du pays. Les provinces dont les populations sont, en moyenne, contributrices nettes à la solidarité, sont le Brabant flamand, le Brabant wallon, la Flandre Orientale, et la province d'Anvers. Les populations de toutes les autres provinces, et de Bruxelles, sont bénéficiaires nettes de la solidarité, en moyenne. Les provinces qui bénéficient le plus des flux de solidarité interpersonnelle entre les territoires du pays, proportionnellement à leur population, sont le Hainaut, avec 3.571 euros par personne et par an et la province de Liège, avec 2.277 euros par personne et par an. Le Brabant flamand est proportionnellement le plus grand contributeur net, avec 4.112 euros par personne et par an de versements implicites au profit d'autres provinces, suivi du Brabant wallon avec 3.402 euros par an. S'agissant des arrondissements, celui dont la population est, en moyenne, la meilleure contributrice nette à la solidarité interpersonnelle est celui de Louvain, avec 4.132 euros par personne par an, alors que l'arrondissement qui bénéficie le mieux de la solidarité interpersonnelle est celui de Charleroi, avec un gain de 5.328 euros par personne par an. Sur les populations de 43 arrondissements belges, 17 sont contributrices nettes et 26 sont bénéficiaires nettes de la solidarité interpersonnelle. Sur les 17 arrondissements dont les populations sont contributrices nettes, 11 sont situés en Flandre et six en Wallonie. Sur les 26 arrondissements dont les populations sont bénéficiaires nettes, 14 sont situés en Wallonie, 11 en Flandre, auxquels s'ajoute Bruxelles, indique encore l'économiste, qui est directeur des études économiques à l'IESEG School of Management (Paris et Lille). (Belga)

En moyenne, les habitants de Flandre sont donc contributeurs nets, à raison de 1.087 euros par personne et par an, en faveur des autres régions du pays, à savoir la Wallonie et Bruxelles, bénéficiaires à hauteur de 1.721 et 744 euros par personne et par an, respectivement. "Il serait bien sûr totalement erroné d'affirmer que chaque habitant de Flandre paie implicitement 1.087 euros aux résidents des autres régions de Belgique. C'est une moyenne. L'interprétation correcte est qu'en Flandre les contributions des contributeurs nets sont supérieures aux bénéfices des bénéficiaires nettes, et qu'il en résulte une contribution moyenne nette de 1.087 euros par habitant", précise l'économiste dans son étude. "De la même manière il serait inexact de prétendre que chaque habitant de Wallonie reçoit implicitement 1.721 euros de la part de la population de la Flandre. L'interprétation correcte est qu'en Wallonie, les bénéfices des bénéficiaires nets sont supérieurs aux contributions des contributeurs nets, et qu'il en résulte un bénéfice moyen net de 1.721 euros par habitant." Chaque Région, province ou arrondissement du pays compte en effet sur son territoire à la fois des ménages contributeurs nets, que l'économiste définit comme des ménages dont la part du revenu disponible total est inférieure à la part qu'ils avaient du revenu total avant redistribution (qui est réalisée via la progressivité de l'impôt et la sécurité sociale), et des ménages bénéficiaires nets qui sont ceux dont la part du revenu disponible total est supérieure à la part qu'ils avaient du revenu total avant redistribution. Eric Dor a également calculé les flux de solidarité interpersonnelle entre les provinces et entre les arrondissements du pays. Les provinces dont les populations sont, en moyenne, contributrices nettes à la solidarité, sont le Brabant flamand, le Brabant wallon, la Flandre Orientale, et la province d'Anvers. Les populations de toutes les autres provinces, et de Bruxelles, sont bénéficiaires nettes de la solidarité, en moyenne. Les provinces qui bénéficient le plus des flux de solidarité interpersonnelle entre les territoires du pays, proportionnellement à leur population, sont le Hainaut, avec 3.571 euros par personne et par an et la province de Liège, avec 2.277 euros par personne et par an. Le Brabant flamand est proportionnellement le plus grand contributeur net, avec 4.112 euros par personne et par an de versements implicites au profit d'autres provinces, suivi du Brabant wallon avec 3.402 euros par an. S'agissant des arrondissements, celui dont la population est, en moyenne, la meilleure contributrice nette à la solidarité interpersonnelle est celui de Louvain, avec 4.132 euros par personne par an, alors que l'arrondissement qui bénéficie le mieux de la solidarité interpersonnelle est celui de Charleroi, avec un gain de 5.328 euros par personne par an. Sur les populations de 43 arrondissements belges, 17 sont contributrices nettes et 26 sont bénéficiaires nettes de la solidarité interpersonnelle. Sur les 17 arrondissements dont les populations sont contributrices nettes, 11 sont situés en Flandre et six en Wallonie. Sur les 26 arrondissements dont les populations sont bénéficiaires nettes, 14 sont situés en Wallonie, 11 en Flandre, auxquels s'ajoute Bruxelles, indique encore l'économiste, qui est directeur des études économiques à l'IESEG School of Management (Paris et Lille). (Belga)