Le discounter non alimentaire néerlandais Action est aujourd'hui valorisé à 10,25 milliards d'euros dans les comptes du fonds d'investissement britannique 3i, majoritaire au capital. Le montant a été communiqué à l'occasion de la restructuration financière d'un fonds actionnaire du distributeur, auquel participe 3i, et qui est en passe d'être liquidé. Une opération à l'issue de laquelle le fonds brit...

Le discounter non alimentaire néerlandais Action est aujourd'hui valorisé à 10,25 milliards d'euros dans les comptes du fonds d'investissement britannique 3i, majoritaire au capital. Le montant a été communiqué à l'occasion de la restructuration financière d'un fonds actionnaire du distributeur, auquel participe 3i, et qui est en passe d'être liquidé. Une opération à l'issue de laquelle le fonds britannique détiendra - directement et indirectement - 80% d'Action. Entré au capital du discounter pour près de 50% en 2011, 3i avait alors investi 330 millions d'euros. Le fonds a donc multiplié par 31 sa mise initiale ! Et d'autres chiffres ont de quoi donner le tournis. L'enseigne batave est aujourd'hui valorisée à hauteur de 18 fois son résultat brut d'exploitation et son chiffre d'affaires est passé de 700 millions d'euros en 2011 à 4,2 milliards l'an dernier. Son bénéfice sous-jacent se montait, quant à lui, à 450 millions d'euros. La chaîne compte à ce jour 1.473 magasins dans sept pays européens (Belgique, Allemagne, Pays-Bas, France, Luxembourg, Autriche et Pologne). Elle entend en ouvrir 1.250 de plus dans les quatre ans, à la fois dans les pays où elle est déjà présente et dans de nouveaux en Europe centrale et du Sud. Chez nous, le groupe compte 177 points de vente. Il en a ouvert 18 l'an dernier et plus de 10 depuis le début cette année. Le détaillant européen veut en réalité quasi doubler son chiffre d'affaires pour 2023. Il espère alors atteindre 10 milliards d'euros. Dans les colonnes du Financial Times, Simon Borrows, le CEO de 3i, assure que le fonds n'a pas l'intention de vendre. " Nous voulons qu'Action continue de croître, dit-il. Ses performances ne peuvent que faire rêver. " Il est vrai que le modèle discount basé sur des volumes très importants et des prix très bas est l'un des seuls îlots de croissance dans un secteur souffrant généralement de la concurrence de l'e-commerce.