Concrètement, écrivent les deux quotidiens dans leur édition de vendredi, la taxe serait de 10 euros par billet si la destination finale au départ de la Belgique est située à moins de 500 km à vol d'oiseau par rapport à l'aéroport de départ (hors transit). Elle serait de 2 euros si la destination finale au départ de la Belgique (hors transit) est située à plus de 500km à vol d'oiseau mais dans l'Espace économique européen (EEE); et 4 euros hors de l'EEE. En d'autres termes, tout le monde sera concerné. Cette "taxe avion" s'inscrit dans le cadre plus large des négociations concernant le tax shift. Ce glissement fiscal, de 300 millions d'euros en 2022, doit en effet en partie être financé par cette taxe sur les billets d'avion, à hauteur de 30 millions d'euros. (Belga)

Concrètement, écrivent les deux quotidiens dans leur édition de vendredi, la taxe serait de 10 euros par billet si la destination finale au départ de la Belgique est située à moins de 500 km à vol d'oiseau par rapport à l'aéroport de départ (hors transit). Elle serait de 2 euros si la destination finale au départ de la Belgique (hors transit) est située à plus de 500km à vol d'oiseau mais dans l'Espace économique européen (EEE); et 4 euros hors de l'EEE. En d'autres termes, tout le monde sera concerné. Cette "taxe avion" s'inscrit dans le cadre plus large des négociations concernant le tax shift. Ce glissement fiscal, de 300 millions d'euros en 2022, doit en effet en partie être financé par cette taxe sur les billets d'avion, à hauteur de 30 millions d'euros. (Belga)