La stratégie liégeoise pour attirer les biotechs internationales

Le CHU, l'Université de Liège et Meusinvest créent B2H (Bridge to Health) pour formaliser leur collaboration et se tourner de manière plus offensive encore vers les entreprises du secteur des sciences du vivant.

Julien Compère (CHU LIège), Marc Foidart (Meusinvest) et Eric Haubruge (Université de Liège). © Christophe Toffolo/belgaimage

Vous voulez un journal des bonnes nouvelles ? Abonnez-vous peut-être à celui des entreprises liégeoises dans le domaine de la santé. Un jour, il annonce la venue des Autrichiens de Miracor (équipement médical en cardiologie), un autre celle des Néerlandais d'Oncoradiomics (imagerie médicale), ou des Français de PDC*line Pharma (traitement du cancer), et même l'arrivée des Australiens de Clarity (radiopharmacie) et des Américains de Mitral Technologies (cardiologie). Une telle accumulation de bonnes nouvelles économiques ne peut provenir du seul hasard ni même de quelques généreux subsides. Elle répond, en l'occurrence, à une stratégie concertée des financiers de Meusinvest avec le CHU de Liège et l'Université de Liège, stratégie que nous allons essayer de vous expliquer.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre

Les abonnés du Trends-Tendances bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur Tendances.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné