La start-up Birdie a bouclé une levée de fonds (Série A) de 7 millions d'euros menée par la compagnie d'assurance Axa. Cette opération fait suite à un premier investissement de 2,5 millions d'euros réalisé par Kamet, un start-up studio soutenu par Axa, qui a servi d'incubateur au projet.
...

La start-up Birdie a bouclé une levée de fonds (Série A) de 7 millions d'euros menée par la compagnie d'assurance Axa. Cette opération fait suite à un premier investissement de 2,5 millions d'euros réalisé par Kamet, un start-up studio soutenu par Axa, qui a servi d'incubateur au projet. Birdie a été créée en juillet 2017 par trois entrepreneurs belges : Max Parmentier (ex-McKinsey), Alban Herinckx (ex-Deliveroo Belgique) et Laetitia Van Hoecke (ex-L'Oréal). La start-up est basée à Londres. " On aurait aimé lancer notre projet en Belgique mais Londres s'est imposé pour plusieurs raisons : le marché britannique est plus grand et moins fragmenté, et on y trouve facilement des profils health tech ( technologies de la santé, Ndlr) ", explique Max Parmentier, cofondateur et CEO de Birdie. La jeune pousse propose des solutions technologiques permettant aux personnes âgées de vivre le plus longtemps possible chez eux de manière autonome. Birdie développe une plateforme partagée par les " auxiliaires de vie " (infirmiers ou aides à domicile) et les familles. Les auxiliaires de vie peuvent intégrer dans l'application les visites qu'ils ont faites à domicile et mentionner les soins apportés ou d'éventuelles remarques concernant l'évolution de l'état de forme de la personne âgée. Birdie développe un logiciel analysant ces données sensibles, qui pourrait signaler d'éventuelles difficultés de santé. La start-up propose également une panoplie de senseurs (détecteurs infrarouges) à déployer à domicile, qui servent de système d'alerte, notamment en cas de chute. La start-up a déjà convaincu près de 10.000 auxiliaires de vie britanniques d'adopter sa plateforme. Sa récente levée de fonds lui permettra d'étoffer ses équipes (qui comptent actuellement 21 collaborateurs) et de commencer son internationalisation en 2019. Les zones prioritaires pour ce déploiement sont la France, l'Espagne, l'Italie et le Benelux.