Le chantier, qualifié de "colossal", aura mobilisé jour et nuit jusqu'à 80 travailleurs pendant 30 mois, soit 200.000 heures prestées. Pas moins de 20.000 tonnes de chaux et ciment ont été nécessaires, et plus de 700.000 m3 de terre ont été traitées sur place. Pour la piste et les bretelles, 39.000 tonnes d'asphalte ont été posées en quatre couches. Outre ces travaux, la construction d'un nouveau bassin d'orage de 3.100 m2, capable de stocker et retenir un total de près de 9.000 m3, a été nécessaire pour évacuer les eaux de l'allongement mais aussi de la piste existante. Près de 60.000 m3 de terre ont été déblayées en vue de sa construction. Environ 11.750 tonnes de béton et 500 tonnes d'acier ont été utilisées pour l'achèvement de cet ouvrage. Le budget des travaux est de 42 millions d'euros. Cet allongement représente une opportunité économique très importante, a souligné le ministre Crucke. "C'est un petit pas pour l'homme, mais un immense pas pour l'aéroport avec des retombées positives multiples", s'est-il enthousiasmé. Les discussions sont en cours avec des compagnies aériennes susceptibles d'être intéressées par les nouvelles possibilités offertes par l'aéroport. Des vols longs courriers pourraient partir de Charleroi dès 2023. (Belga)

Le chantier, qualifié de "colossal", aura mobilisé jour et nuit jusqu'à 80 travailleurs pendant 30 mois, soit 200.000 heures prestées. Pas moins de 20.000 tonnes de chaux et ciment ont été nécessaires, et plus de 700.000 m3 de terre ont été traitées sur place. Pour la piste et les bretelles, 39.000 tonnes d'asphalte ont été posées en quatre couches. Outre ces travaux, la construction d'un nouveau bassin d'orage de 3.100 m2, capable de stocker et retenir un total de près de 9.000 m3, a été nécessaire pour évacuer les eaux de l'allongement mais aussi de la piste existante. Près de 60.000 m3 de terre ont été déblayées en vue de sa construction. Environ 11.750 tonnes de béton et 500 tonnes d'acier ont été utilisées pour l'achèvement de cet ouvrage. Le budget des travaux est de 42 millions d'euros. Cet allongement représente une opportunité économique très importante, a souligné le ministre Crucke. "C'est un petit pas pour l'homme, mais un immense pas pour l'aéroport avec des retombées positives multiples", s'est-il enthousiasmé. Les discussions sont en cours avec des compagnies aériennes susceptibles d'être intéressées par les nouvelles possibilités offertes par l'aéroport. Des vols longs courriers pourraient partir de Charleroi dès 2023. (Belga)