La panne informatique survenue à Bruxelles le 15 octobre dernier a pesé lourd sur la ponctualité des trains. Cet incident a causé à lui seul 9.891 minutes de retard, ce qui en fait le troisième incident le plus impactant sur le trafic cette l'année après l'incendie qui a touché le 14 mai une cabine de signalisation d'Infrabel à Bruxelles-Nord et la tempête du 10 mars dernier. Cette ponctualité de 88,64% est toutefois meilleure que celle enregistrée l'année dernière à la même période (84,45% en octobre 2018). L'heure de pointe du soir reste la plus compliquée avec une ponctualité de 85,25% (86,62% à l'heure de pointe du matin). En heure creuse, la ponctualité s'est élevée à 89,42% et à 91,55% les week-ends. La gare qui connaît la meilleure ponctualité est celle de Spa-Géronstère (96,61%). À l'inverse, Jemeppe-sur-Sambre est la gare connaissant la moins bonne ponctualité (73,27%). Durant le mois d'octobre, 638 trains ont été supprimés entièrement et 1.728 partiellement. (Belga)

La panne informatique survenue à Bruxelles le 15 octobre dernier a pesé lourd sur la ponctualité des trains. Cet incident a causé à lui seul 9.891 minutes de retard, ce qui en fait le troisième incident le plus impactant sur le trafic cette l'année après l'incendie qui a touché le 14 mai une cabine de signalisation d'Infrabel à Bruxelles-Nord et la tempête du 10 mars dernier. Cette ponctualité de 88,64% est toutefois meilleure que celle enregistrée l'année dernière à la même période (84,45% en octobre 2018). L'heure de pointe du soir reste la plus compliquée avec une ponctualité de 85,25% (86,62% à l'heure de pointe du matin). En heure creuse, la ponctualité s'est élevée à 89,42% et à 91,55% les week-ends. La gare qui connaît la meilleure ponctualité est celle de Spa-Géronstère (96,61%). À l'inverse, Jemeppe-sur-Sambre est la gare connaissant la moins bonne ponctualité (73,27%). Durant le mois d'octobre, 638 trains ont été supprimés entièrement et 1.728 partiellement. (Belga)