Le gouvernement a décidé en 2014 de limiter les rémunérations des patrons d'entreprises publiques côtées en bourse à 650.000 euros brut par an. Selon des chiffres fournis à la Chambre, Dominique Leroy (Proximus) et Koen Van Gerven (bpost) touchent des montants plus élevés dans le cadre de leurs fonctions de CEO.

Le député nationaliste demande dès lors la suppression de cette règle, même si cela semble politiquement difficile en temps de restrictions budgétaires. "Il est clair que tout ce matraquage idéologique n'a aucun sens. Ces entreprises travaillent dans un contexte libéralisé et commercial. Les salaires des dirigeants doivent correspondre aux résultats et à la satisfaction des clients", estime M. Dedecker. Son parti compte amener la question devant le gouvernement.

Alexander De Croo (Open Vld), le ministre des Entreprises publiques, a déjà fait savoir qu'il ne comptait pas abroger cette norme.