Actuellement, les commerces ne se trouvant pas dans un centre touristique ne peuvent être ouverts que de 05h00 à 20h00. Les vendredis et les jours ouvrables précédant un jour férié, ils peuvent rester accessibles jusque 21h00. La N-VA, qui fait désormais partie de l'opposition au fédéral, veut faire de cette exception la règle. Elle souhaite également supprimer le jour obligatoire de fermeture. Une telle modification apportera par exemple davantage de liberté aux commerçants et permettra une meilleure combinaison entre vies privée et professionnelle, avance le parti. "Le nombre de familles à deux revenus augmente, faisant de cette combinaison un défi quotidien pour beaucoup de gens", selon la députée Valerie Van Peel, qui a soumis la proposition de loi. Le Syndicat neutre pour indépendants (SNI) se montre toutefois dubitatif. Des heures d'ouverture plus larges mettront encore davantage sous pression les commerçants, ne leur donneront pas davantage de libertés et ne leur permettront pas de mieux gérer vies privée et professionnelle, estime-t-il. L'organisation doute aussi que cela fasse progresser leur chiffre d'affaires et prédit que cette mesure engendrera des problèmes de personnel et des coûts en la matière plus élevés. Les petits commerçants devraient plutôt miser sur l'e-commerce, préconise le SNI, et combiner cela avec un magasin physique. Les consommateurs achètent en effet de plus en plus en ligne en dehors des heures régulières d'ouverture. (Belga)

Actuellement, les commerces ne se trouvant pas dans un centre touristique ne peuvent être ouverts que de 05h00 à 20h00. Les vendredis et les jours ouvrables précédant un jour férié, ils peuvent rester accessibles jusque 21h00. La N-VA, qui fait désormais partie de l'opposition au fédéral, veut faire de cette exception la règle. Elle souhaite également supprimer le jour obligatoire de fermeture. Une telle modification apportera par exemple davantage de liberté aux commerçants et permettra une meilleure combinaison entre vies privée et professionnelle, avance le parti. "Le nombre de familles à deux revenus augmente, faisant de cette combinaison un défi quotidien pour beaucoup de gens", selon la députée Valerie Van Peel, qui a soumis la proposition de loi. Le Syndicat neutre pour indépendants (SNI) se montre toutefois dubitatif. Des heures d'ouverture plus larges mettront encore davantage sous pression les commerçants, ne leur donneront pas davantage de libertés et ne leur permettront pas de mieux gérer vies privée et professionnelle, estime-t-il. L'organisation doute aussi que cela fasse progresser leur chiffre d'affaires et prédit que cette mesure engendrera des problèmes de personnel et des coûts en la matière plus élevés. Les petits commerçants devraient plutôt miser sur l'e-commerce, préconise le SNI, et combiner cela avec un magasin physique. Les consommateurs achètent en effet de plus en plus en ligne en dehors des heures régulières d'ouverture. (Belga)