Le nombre d'emplois dans l'horeca atteignait en janvier dernier 138,3% du total recensé un an plus tôt. En juin, il n'était plus de que de 71,5%. Les cafés et les restaurants ont été nettement plus touchés que les hôtels et autres structures d'hébergement, avec respectivement 69,2% et 97,2% d'emplois par rapport à janvier 2019. Les travailleurs flexi-jobs et les étudiants jobistes sont les plus grandes victimes de la crise liée au coronavirus, ressort-il encore des données d'un échantillon de 10.000 travailleurs occupés auprès de plus de 2.400 employeurs de l'horeca. "Par rapport au mois de référence de janvier 2019, en avril 2020, les flexi-jobs sont passés de 22% à une part négligeable de 3,9%. Les étudiants sont quant à eux passés de 31,8% à 15,7%. Plus de deux tiers (67,9%) des collaborateurs permanents ont été confrontés au chômage temporaire un jour ou plus en avril", précise Acerta. (Belga)

Le nombre d'emplois dans l'horeca atteignait en janvier dernier 138,3% du total recensé un an plus tôt. En juin, il n'était plus de que de 71,5%. Les cafés et les restaurants ont été nettement plus touchés que les hôtels et autres structures d'hébergement, avec respectivement 69,2% et 97,2% d'emplois par rapport à janvier 2019. Les travailleurs flexi-jobs et les étudiants jobistes sont les plus grandes victimes de la crise liée au coronavirus, ressort-il encore des données d'un échantillon de 10.000 travailleurs occupés auprès de plus de 2.400 employeurs de l'horeca. "Par rapport au mois de référence de janvier 2019, en avril 2020, les flexi-jobs sont passés de 22% à une part négligeable de 3,9%. Les étudiants sont quant à eux passés de 31,8% à 15,7%. Plus de deux tiers (67,9%) des collaborateurs permanents ont été confrontés au chômage temporaire un jour ou plus en avril", précise Acerta. (Belga)