Tout part d'une intention louable : protéger les plus faibles. Protéger en particulier les agriculteurs face aux pratiques de centrales d'achat qui les poussent à vendre le lait en dessous de son prix de revient ou les patrons de bistrot face à la sévérité de certains contrats de brasserie. L'intention est tellement louable que la loi contre les abus de dépendance économique a été votée à l'unanimité par le Parlement en mars dernier. Le parcours politique de ce texte est en lui-même étonnant puisqu'il part d'une proposition de loi de la N-VA, reprise à son compte par le gouvernement Michel et amendée par le PS.
...