MGEN, qui estimait que les conditions de la vente d'Integrale au réassureur Monument Re avaient été trop opaques, réclamait également la publication de toute une série de documents. A priori, le tribunal a rejeté l'ensemble des demandes de MGEN, indique le journal informé "à bonnes sources". MGEN faisait partie d'une série d'obligataires ayant mis 20 millions d'euros dans Integrale, l'assureur liégeois détenu à 71% par le groupe Nethys. La Mutualité voulait obtenir la suspension de la vente d'Integrale en attendant que la justice ne se prononce sur le fond de l'affaire. Depuis le début de ce conflit, les obligataires se demandent pourquoi le collège des administrateurs n'a pas opté pour une offre faite par le fonds d'investissement britannique River Rock, cette dernière étant a priori plus favorable vis-à-vis des créanciers de la société, précise encore l'Echo. Un nouveau front judiciaire a par ailleurs été ouvert à Bruxelles par un nouveau groupe d'obligataires portés par le cabinet de conseil Deminor. Ces obligataires réclament aussi la nullité de la vente d'Integrale à Monument Re. (Belga)

MGEN, qui estimait que les conditions de la vente d'Integrale au réassureur Monument Re avaient été trop opaques, réclamait également la publication de toute une série de documents. A priori, le tribunal a rejeté l'ensemble des demandes de MGEN, indique le journal informé "à bonnes sources". MGEN faisait partie d'une série d'obligataires ayant mis 20 millions d'euros dans Integrale, l'assureur liégeois détenu à 71% par le groupe Nethys. La Mutualité voulait obtenir la suspension de la vente d'Integrale en attendant que la justice ne se prononce sur le fond de l'affaire. Depuis le début de ce conflit, les obligataires se demandent pourquoi le collège des administrateurs n'a pas opté pour une offre faite par le fonds d'investissement britannique River Rock, cette dernière étant a priori plus favorable vis-à-vis des créanciers de la société, précise encore l'Echo. Un nouveau front judiciaire a par ailleurs été ouvert à Bruxelles par un nouveau groupe d'obligataires portés par le cabinet de conseil Deminor. Ces obligataires réclament aussi la nullité de la vente d'Integrale à Monument Re. (Belga)