Si la création de la Fwa à proprement parler remonte à 2001, la fédération agricole est le fruit de la fusion entre plusieurs organisations, comme la Fédération nationale des Unions professionnelles agricoles (UPA) et l'Alliance agricole belge (AAB), dont les racines remontent à respectivement 1919 et 1929. Le ministre-président wallon, Willy Borsus, les ministres wallon, René Collin, et fédéral, Denis Ducarme, de l'Agriculture étaient présents pour l'occasion, de même que plusieurs personnalités et d'anciens dirigeants de la Fwa et des syndicats agricoles qui l'ont précédée. On a même relevé la présence d'un agriculteur bon pied bon ?il de 93 ans, originaire de Sprimont, et membre du syndicat agricole depuis... 1945. L'agriculture a énormément évolué depuis le début du 20e siècle, en se mécanisant, en améliorant sa productivité, en s'internationalisant, et en faisant face à de nombreux défis, comme la nécessité de nourrir le monde après les guerres ou, plus récemment, les changements climatiques et la nécessité de préserver de la biodiversité, mais le syndicalisme agricole n'a jamais perdu sa pertinence, a-t-on souligné de toutes parts. Les agriculteurs ne sont certes plus aussi nombreux qu'hier. Ils ne représentent plus que 2% de la population. Mais l'agriculture occupe la moitié du territoire wallon, elle nourrit la population et est au coeur de nombreux enjeux de notre époque, ont relevé divers intervenants. "Les défis d'aujourd'hui sont différents de ceux d'hier. La société a changé mais notre secteur a continué à évoluer. Nous pouvons en être fiers", a souligné la présidente de la Fwa, Marianne Streel, après avoir salué "100 et 50 ans d'engagement, de travail, de persévérance, de passion, d'énergie, de combats..." Ces décennies d'histoire syndicale ont aussi été marquées par le combat des agricultrices pour une plus grande reconnaissance et un véritable statut. "Les femmes d'agriculteurs n'avaient aucun droit: il était mis sur leur carte d'identité: 'sans profession'; alors qu'elles travaillaient peut-être plus que les hommes qui, lorsqu'ils y avaient un enterrement, étaient parfois partis trois jours... On n'était rien du tout et on est devenue quelqu'un: une agricultrice", a pour sa part rappelé, non sans une certaine dose d'humour, Anne-Marie Tasiaux, une ancienne présidente de l'UAW. Symboliquement, les interventions de la soirée se sont terminées par un discours du président de la Fédération des jeunes agriculteurs (FJA), car "ce sont eux notre avenir", a justifié Marianne Streel. Et pourtant, la pyramide des âges dans le monde agricole n'a jamais été aussi défavorable, avec moins de 5% d'agriculteurs âgés de moins de 35 ans. La Fwa est le plus grand syndicat agricole au sud du pays, avec quelque 7.000 membres soit 90% des agriculteurs syndiqués en Wallonie. (Belga)

Si la création de la Fwa à proprement parler remonte à 2001, la fédération agricole est le fruit de la fusion entre plusieurs organisations, comme la Fédération nationale des Unions professionnelles agricoles (UPA) et l'Alliance agricole belge (AAB), dont les racines remontent à respectivement 1919 et 1929. Le ministre-président wallon, Willy Borsus, les ministres wallon, René Collin, et fédéral, Denis Ducarme, de l'Agriculture étaient présents pour l'occasion, de même que plusieurs personnalités et d'anciens dirigeants de la Fwa et des syndicats agricoles qui l'ont précédée. On a même relevé la présence d'un agriculteur bon pied bon ?il de 93 ans, originaire de Sprimont, et membre du syndicat agricole depuis... 1945. L'agriculture a énormément évolué depuis le début du 20e siècle, en se mécanisant, en améliorant sa productivité, en s'internationalisant, et en faisant face à de nombreux défis, comme la nécessité de nourrir le monde après les guerres ou, plus récemment, les changements climatiques et la nécessité de préserver de la biodiversité, mais le syndicalisme agricole n'a jamais perdu sa pertinence, a-t-on souligné de toutes parts. Les agriculteurs ne sont certes plus aussi nombreux qu'hier. Ils ne représentent plus que 2% de la population. Mais l'agriculture occupe la moitié du territoire wallon, elle nourrit la population et est au coeur de nombreux enjeux de notre époque, ont relevé divers intervenants. "Les défis d'aujourd'hui sont différents de ceux d'hier. La société a changé mais notre secteur a continué à évoluer. Nous pouvons en être fiers", a souligné la présidente de la Fwa, Marianne Streel, après avoir salué "100 et 50 ans d'engagement, de travail, de persévérance, de passion, d'énergie, de combats..." Ces décennies d'histoire syndicale ont aussi été marquées par le combat des agricultrices pour une plus grande reconnaissance et un véritable statut. "Les femmes d'agriculteurs n'avaient aucun droit: il était mis sur leur carte d'identité: 'sans profession'; alors qu'elles travaillaient peut-être plus que les hommes qui, lorsqu'ils y avaient un enterrement, étaient parfois partis trois jours... On n'était rien du tout et on est devenue quelqu'un: une agricultrice", a pour sa part rappelé, non sans une certaine dose d'humour, Anne-Marie Tasiaux, une ancienne présidente de l'UAW. Symboliquement, les interventions de la soirée se sont terminées par un discours du président de la Fédération des jeunes agriculteurs (FJA), car "ce sont eux notre avenir", a justifié Marianne Streel. Et pourtant, la pyramide des âges dans le monde agricole n'a jamais été aussi défavorable, avec moins de 5% d'agriculteurs âgés de moins de 35 ans. La Fwa est le plus grand syndicat agricole au sud du pays, avec quelque 7.000 membres soit 90% des agriculteurs syndiqués en Wallonie. (Belga)